Galeries

Dialogue d’Humanités numériques et de Littérature classique

Je me promenais un matin et je remuais maintes pensées et maints songes au sujet de la thèse qu’il me faut écrire, cherchant dans le spectacle de la rue, l’inspiration théorique pour ma prose académique. Or, voici que soudain quelqu’un me bouscule avec brutalité, manquant de me faire tomber tel Thalès dans son puit. Me retournant je vis, me faisant face, une créature altière et noble dont les yeux dardaient sur moi une fureur insoutenable. Je la reconnus sans peine car cela faisait bien longtemps déjà que je la fréquentais et paraissais fréquemment à ses côtés dans les lieux qu’elle hante. Lettres Académiques, car c’était elle, prit alors la parole :

« Traître, que ne te jettes-tu pas sur le champ à mes pieds ! Car l’offense que tu me fais est telle que je ne sais si je te tolérerai plus longtemps auprès de moi.

_ Hélas qu’ai-je fait pour encourir ainsi ton courroux, ô ma douce amie ? Vois, mes pensées étaient à l’instant tout occupées de toi.

_ Perfide, ne sais-tu pas que la recherche ne tolère l’éparpillement de l’âme, et moins encore du temps et que pour faire une thèse éternelle il te faut cultiver le travail solitaire et patient à l’écart des bruits de ce monde et vivre comme un moine retiré au désert.  »

J’allais répondre que telles étaient bien les exigences de la Science dont elle est le héraut glorieux mais que la vie académique réclame aussi un peu plus de douceur et qu’il faut endurer de se bien vouloir montrer en telle ou telle rencontre. Je voulais aussi dire qu’il nous faut à nous autres thésards parfois aussi sortir de notre sainte réserve pour daigner évoquer en un docte colloque les idées qui fleurissent en nos esprits féconds.

Mais voici que traversant la rue au mépris de la signalisation, Humanités Numériques accourut à mes côtés et, résolue à ne pas me laisser semoncer plus longtemps, elle prit la parole :

« Cesse-là, ô Lettres Académiques, tes récriminations et regarde comme le monde va et comme il change aussi. Le temps n’est pas à la colère mais aux larmes ! Jette les yeux sur ces universités que tu chéris et vois : les départements de lettres se vident et qui sait si l’on distingue encore une dissertation d’un commentaire. Ils ne sont plus, les étudiants que tu aimais, pâles, discrets mais brûlants d’un feu tenace pour la littérature. Que réclames-tu encore une thèse d’Etat quand on n’a que trois ans pour mener ses recherches ?

_ Mais alors, il faut plus encore s’isoler pour finir en trois ans, et il n’est pas sérieux d’écrire en d’obscurs billets des propos sans profit pour la thèse finie ! Je n’aime pas, moi, ces jeunes gens inconstants qui vous parlent un temps pour s’en aller plus tard : car moi, je les ai nourris avec amour, en mère nourricière que je suis.

_ Lettres Académiques, ne vois-tu pas qu’il faut bien, dans un monde qui danse la chaconne, danser la chaconne et non pas le menuet ? Ne vois-tu pas que ces billets légers compteront à côté de la thèse pesante ? Car ils auront déridé, peut-être, un temps, un trader fatigué des caprices de la bourse. Car ils auront fait connaître mieux que la réclusion éternelle ton thésard dévoué de chercheurs reconnus. Car ils auront apaisé, alors qu’il brûlait dans les affres de la rédaction, l’angoisse de la page blanche par leur futile babil. Et quand bien même ils ne pèseraient leur poids de savoir sonnant et trébuchant…  »

Humanités Numériques continua longuement d’argumenter avec sa véhémence paisible. Quant à moi, elle m’avait déjà converti de longue date. Enfin, Lettres Académiques s’en alla, triste et voutée, la face grise et le  cœur lourd…

Conclusion : Parce qu’il faut rendre à César ce qui est à César… Je rends à Jean Gerson ce qui est à Jean Gerson : le chancelier qui aime bien faire parler les idées m’a donné la matière à cette brève présentation exposant pourquoi, malgré tout, faire un blog de thèse se défend. Et si certains trouvent que l’allégorie est chose antique et désuète, je dirais, moi, qu’elle permet toutefois de raisonner sans trop s’ennuyer et que l’on aurait bien tort de s’en priver, pour les sermons comme pour la thèse. CQFD

 

Voix du Livre / des livres.

Ce carnet aura pour but d’exposer et de partager mes recherches de doctorat en littérature médiévale. Il sera donc centré sur mon domaine de recherche, la prédication de la fin du Moyen-Age et se présentera comme un lieu de formulation, de confrontation et d’élaboration de postulats de recherche en lien avec ma démarche et mes postulats.Toutefois, il ne saurait se réduire au seul thème de mon sujet de thèse : au contraire il sera aussi un lieu de dialogue avec des problématiques connexes (la littérarité, les modèles d’écriture, les mutations culturelles, l’auctorialité) en misant résolument sur l’apport du croisement des disciplines, des périodes, des méthodes. En amont du travail de rédaction, il se voudra avant tout un lieu d’essai intellectuel, mû par le désir de promouvoir une science ouverte.