« C’est par où? » : la carte ign du doctorat.

Votre sac doctoral est prêt : vous pouvez partir… mais pas trop à l’aventure néanmoins, même si le doctorat en est une, d’aventure. Prenez le temps de regarder une carte… Sinon, vous risquez de vivre ça .

Commencez donc par a. votre Destination, « pour quoi vous le faites » (but perso, carrière universitaire, montée en compétences…) b. Vos compagnons de route: avec qui vous le faites: institutions, labo, directeur directrice de thèse. c. Sur quoi vous le faites : votre sujet.

a. Votre destination : les raisons qui font que l’un, l’une ou l’autre vont envisager un doctorat sont variées et diffèrent grandement. Il est toujours utile de savoir pour vous-même dans quel but vous faites cela.

-> Vous faites cela par passion, c’est un pur hobby, vous n’en attendez que de la stimulation intellectuelle (et d’ailleurs vous gagnez très bien votre vie parce que vous travaillez dans la finance). Très bien ! Passez votre chemin, cela ne vous ennuiera aucunement de vous perdre, ce sera d’autant plus stimulant. Attention, si vous ne travaillez pas dans le secteur professionnel indiqué, sachez que la passion intellectuelle, comme en amour peut être volatile… ou pot de colle

-> Vous visez une carrière universitaire : le cas est déjà beaucoup plus fréquent. Même si ce n’est pas très amusant, prenez  tout de même le temps de lire un peu de littérature sur ce sujet histoire de savoir que cette trajectoire est tout sauf un long fleuve tranquille, et que certains restent parfois sur le bord de la route regardez les les pages 17 à 23 sur les statistiques du concours de maître de conférence). Et si pour vous, c’est la recherche, ou rien, voyez large en lisant un des rares (et bons) guides consacrés à la question et pensez que l’enseignement supérieur recouvre aussi bien des institutions publiques que privées. Et abonnez-vous au bulletin du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) : outre que des postes y sont publiés, c’est une bonne manière de se familiariser avec la vie de l’institution.

-> vous pouvez aussi envisager votre doctorat comme une expérience professionnelle ne menant pas forcément à une carrière académique avec une réelle montée en compétences. C’est une approche encore pionnière en France mais le medef s’y intéresse avec un bon référentiel en ligne ainsi que des cabinets de recrutement alors… restez vigilant, tout est possible… et allez sur le site de l’association ABG.

b. Vos compagnons ou compagnes de route: On ne cherche pas tout seul même si votre cerveau fera le gros du travail. Dites vous donc que le doctorat est aussi un travail collectif qui implique a minima (même si c’est parfois de façon distante) un-e doctorant-e, un une directeur directrice de thèse, un labo et une université. Comme dans tout travail, vous n’êtes pas obligé de choisir de travailler avec le premier venu ! Vous pouvez prendre un peu le temps de réfléchir : avec qui avez-vous envie de travailler ? Comment : êtes vous  indépendant ou fusionnel? Si vous le pouvez, renseignez vous auprès d’autres doctorants pour cerner un peu la personnalité des uns et des autres et lisez sur la relation d’encadrement doctoral le billet d’ACT et la synthèse de la Confédération des jeunes chercheurs (CJC) sur la question.  Documentez-vous sur la disponibilité des uns et des autres(a-t-il/elle beaucoup de doctorants ?): un encadrant aux abonnés absents influence négativement le travail doctoral. Et parce que tout n’est pas affaire de purs esprits, prenez au sérieux les bruits de couloir scabreux s’il y en a : des cas de harcèlement existent dans le cadre du doctorat. Si jamais (attention, ne pas caricaturer : ce n’est pas systématique) vous étiez face à une situation de ce type, tournez vous vers le CLASCHES et son excellent guide de prévention.

Côté institution, prenez le temps aussi de regarder ce que propose telle ou telle université : quelles formations complémentaires ? Quelle ouverture à l’international ? Y a -t-il des activités spécifiques pour les doctorant-e-s (séminaire scientifique, pré-soutenance, séances de poster, journées d’étude…) ? Quel encadrement plus généralement ? Si vous avez la possibilité de tâter le terrain en matière d’ambiance de laboratoire n’hésitez pas : elle peut être conviviale… ou compétitive, familiale… ou érémitique. Last but not least… lisez la charte des thèses officielle publiée au BO histoire de savoir ce qui est demandé (ou pas) dans le cadre d’un doctorat.

d. Sur quoi vous le faites : le sujet. En sciences humaines la tradition veut que l’on choisisse plus ou moins librement. Là encore, profitez-en au maximum pour que ce choix soit libre. Voulez-vous par exemple un sujet proche des domaines de recherche de votre directeur-directrice ?  Cela peut être pratique pour l’encadrement ou risqué pour une poursuite de carrière, évitez d’être un clone. Voulez-vous un sujet tendance ? (risque d’être en compétition avec beaucoup de gens) ou novateur (risque d’être isolé sans communauté scientifique de référence). Plus largement, prenez le temps de vous demander : quelle contribution vous souhaitez apporter sur le plan de votre discipline, sur le plan de la méthode et sur le plan de votre spécialité. Vous ne perdrez pas de temps en faisant cela : une telle réflexion est utile pour rédiger un projet de thèse, penser votre problématique… et ensuite rédiger votre introduction.  Maintenant, à vous de choisir !

La trousse à doctorat.

A la fin de ce long chemin qu’est le doctorat l’avantage c’est que, comme en randonnée, le paysage se dégage et l’on peut avoir une vue claire du panorama. Du coup, comme en montagne, on peut aussi aider ceux qui sont en contrebas, voire tout en bas, afin qu’ils aient une idée moins floue des itinéraires possibles.

A tous mes amis qui rêvent de partir sac au dos sur les chemins de la thèse voici donc une série de réflexions glanées au fil de mon propre chemin.  Etape 1 : Faire l’inventaire de ce que vous avez dans votre sac.

ressources financières : avez-vous un matelas d’atterrissage (famille, conjoint) qui vous permettraient de passer sans trop de casse les moments difficiles qui peuvent se présenter (tout particulièrement en fin de doctorat) ? Songez-y car ces moments ne manquent pas de se présenter. A ce titre, outre vos ressources personnelles, il vaut la peine de se renseigner sur les bourses ou autres subsides qui peuvent exister dans votre domaine : les universités les recensent parfois et votre directeur ou directrice peut être aussi de bon conseil. Mais une petite exploration par vous-même est toujours utile.

Ressources intellectuelles : votre trousse à outils conceptuelle est-elle bien fournie ou bien est-ce que certaines connaissances clé vous manquent ? Si oui, ce n’est pas rédhibitoire mais il vous faudra planifier leur acquisition (formation, stage en labo etc.) et veiller aux modalités de financements si c’est payant.

Et avant toute chose, pour être au clair sur le B-A-BA, on peut lire en guise de cordial méthodologique : Michel Béaud, L’art de la thèse, Editions la découverte, 2006.

Coté formations numériques, on peut jeter un coup d’oeil au site de l’URFIST ne serait-ce que pour avoir une idée de ce qui se fait.

Ressources morales : on m’a rapporté le cas d’une directrice de thèse demandant à sa nouvelle doctorante « Avez-vous des problèmes psychologiques ? ». La question n’est pas futile : la nature très indépendante du travail de recherche rend parfois la réflexion poreuse à des soucis qui ne sont pas intellectuels. Ayez donc les choses à l’oeil ! Sur ces questions peu rigolotes, on pourra consulter deux mises au points intéressantes : un article de Pascale Haag sur Aspects concrets de la thèse sur la réaction aux situation de stress doctoral et un autre du blog Coopération Universitaire de Laetitia Gérard.

Mais avant d’en arriver là consultez aussi cet autre qui dit que le soleil brille quand même sur les études doctorale. Et pour doper votre moral, vous pouvez aussi lire : Béatrice Millêtre, Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués, Payot, 2007. Vous y découvrirez peut-être que vous vous appuyez de manière éhontée sur votre cerveau droit… et ça change tout !

Et puis aussi : Florence, Servan-Schreiber, Power Patate, Marabout, 2014. On est très loin du doctorat… mais pas forcément du scientifique car l’auteur s’appuie sur des études en psychologie pour traquer tous les trucs qui permettent de se remonter le moral… ou de le garder. Enfin parce qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer : vous pouvez lire aussi la bande dessinée Carnet de thèse, en avant première sur internet au bureau 14 de la Sorbonne.

Ressources sociales et académiques : commencez-vous votre doctorat en étant déjà bien intégré au milieu académique (via un-e ancien-ne directeur, directrice de master, des profs avec qui vous avez gardé contact etc.) ou… au beau milieu d’un désert ? Si vous êtes dans le second cas, pas de panique, il faudra juste mettre en œuvre un plan « réseau et connaissances » pour y remédier. Car, oui la recherche est certes une activité assez solitaire, mais si vous envisagiez de devenir ermite comme ce doctorant anglo-saxon, universitairement parlant… c’est une mauvaise idée. La recherche a besoin d’être partagée pour être connue et reconnue. Si donc vous êtes réservé-e, lisez aussi ce billet de Bérénice Kimpe.

Plus largement, parce qu’une vue d’ensemble, c’est bien aussi, vous pouvez pour mieux comprendre l’institution universitaire potasser le carnet du séminaire Aspects Concrets de la thèse, ou le guide des Universités de Suisse romande.

La suite au prochain épisode : après le paquetage, la carte IGN du doctorat !

Style cliché ou originalité : réflexions autour d’un problème.

Le style est pour la théorie littéraire moderne l’un des marqueurs forts de l’individualité de l’artiste, hapax et variantes atypiques devenant le signe de l’originalité créatrice ainsi que l’a énoncé Léo Spitzer:

« La vigueur dans la pensée ou la sensibilité s’accompagne toujours [nous soulignons] d’innovations dans le langage ; la créativité mentale s’inscrit aussitôt dans le langage, où elle devient créativité linguistique ; la banalité et la rigidité dans le langage ne suffisent pas aux besoins d’expression d’une forte personnalité » (Léo Spitzer, Études de style, Paris, Gallimard, 1970, p. 57 sq.)

Pourtant, concernant le Moyen Age, et en particulier des sermons, l’appréciation du style continue de poser problème comme le rappelle Benoît Grévin :

« Les conditions d’élaboration stylistiques des textes médiolatins sont extrêmement complexes. D’abord elles tiennent compte de la norme classique et des normes médiévales proprement imposées à la fois par l’équilibre linguistique général et par des dynamiques littéraires propres au Moyen Age. » dans L’individu au Moyen Age, D. Iogna Prat et Miriam Bedos-Rezak, Aubier, p. 107.

Formalisation et stéréotypie fournissent donc la matière d’une écriture médiévale régie par de nombreux artes, mais aussi de la pratique stylistique ultérieure promue par l’humanisme. Si en effet celui-ci valorise explicitement l’originalité (à l’inverse de la topique médiévale), c’est avec un outil linguistique de plus en plus normé et finalement réduit au seul latin cicéronien :

« De ce point de vue, la dynamique humaniste représente une transition vers une époque moderne […] où les règles de la création littéraire restent fort éloignées […] de celles en usage aujourd’hui. Jusqu’à la fin du xviiieme et au-delà se poursuit à très grande échelle un processus de normalisation linguistique animé en premier lieu par les cours princières et par les foyers humanistes puis classiques qu’elles encouragent de leur mécénat. S’agissant des lettrés, il faudrait donc en toute rigueur parler d’une relation entre normalisation stylistique et individualisation, valable […] pour le Moyen Age et pour l’époque moderne par opposition au tandem différenciation et individualisation qui caractériserait l’époque contemporaine. » Benoit Grévin, op. cit.

Nul doute qu’au regard de ces conclusions, Gerson ne fasse figure de mauvaise élève dans la classe de dame Originalité. Le sermon médiéval, en particulier sa version scolastique, est en effet un genre de textes ne souffrant pas l’improvisation et que les artes se sont employés à définir minutieusement. Il nous semble pourtant que le dossier « Gerson » mérite d’être examiné à nouveaux frais. Certes, le sermon est contraint ; néanmoins, attentif à l’air du temps qui valorise de nouveaux canons esthétiques davantage imprégnés de références oratoires, Gerson joue des failles du genre :

Subsistait cependant une préoccupation à savoir si, pour cette matière touchant la pénitence comme meilleure lotion de l’âme, il apparaissait plus convenable d’en traiter sur le mode déclamatoire ou sur le mode scolastique. Le premier mode est en effet plus soigné et plus élégant tandis que le second est plus pointu et il est considéré en quelque sorte comme plus vrai. Le premier est plus adapté aux émotions, le second à l’intellect ; le premier attire plus tandis que le second instruit davantage. Finalement, au regard du contexte du moment et de la qualité de l’auditoire, j’ai été porté à user de la manière scolastique. On laissera donc de côté les effets à l’exception de ceux qui viendraient spontanément. Sermon n°245, Oeuvre Oratoire, Palémon Glorieux (ed.), Desclée de Brower.

Traitement oratoire du thème ou scolastique ? Eloquence ou théologie ? Le questionnement métadiscursif fait ici figure de coquetterie intellectuelle ; pourtant, la réflexivité du positionnement est réelle et pointe vers un choix singulier. Faut-il y voir le signe d’une affirmation individuelle forte dans le domaine du style ? La question, pour cet exemple nous semble mal posée, le je qui s’affiche se présentant moins sous un jour autobiographique qu’intra-discursif. Il reste que, face à des standards homilétiques qui évoluent, un choix stylistique devient possible et être mis en scène dans la parole. Pour qui sait s’en saisir de manière réflexive dans un méta-discours, il y a place pour une individuation ponctuelle et éphémère. Chez un personnage comme Gerson, à la fois figure d’Eglise brillante et sans doute quelque peu soucieux de sa personne, et théologien pétri d’aspirations monastiques, nul que ce phénomène doive être lu comme un échange tendu entre des voix discordantes (ici le prédicateur et la Science enflée d’elle-même) plutôt que comme le concert triomphant de l’individu :

Pourquoi m’observes-tu ? Il en va ainsi quand tu t’occupes d’une matière banale à l’extrême après avoir délaissé de hautes considérations et de très subtiles spéculations. Laisse donc cette matière médiocre : est-ce les mystères offrant, de loin, plus de difficultés et de vraies louanges ne te manquent pas ? Ajoute à cela que que cette matière sur la pénitence ne réclame pas un style élégant ou élaboré mais un style quotidien. Sermon n° 245, Oeuvre Oratoire, Palémon Glorieux (ed.) Desclée de Brower.

La palette de choix stylistiques sur lequel ouvre le flottement des normes esthétiques fait en effet courir au prédicateur le risque de l’orgueil tout à la recherche de la gloire (verae laudis) d’un « style recherché » (acuratum stylum). Mais la tentation ouvre justement la voie à l’individuation de la voix, le dialogue allégorique n’étant au final que l’image littéraire (autant qu’un masque discursif) de la dialectique par laquelle advient la subjectivité, faite de tensions, de contradictions, d’instabilité et de renoncements.