Sortir la politique du Moyen-Age ?

Très récemment, le très honorable réseau « Femmes et pouvoir » a lancé un manifeste dont le titre, accrocheur, entend susciter l’émoi du potentiel signataire. Que les choses soient claires : il ne s’agit nullement dans ce billet, de récuser de quelque manière que ce soit la pertinence, l’urgence même, de libérer le champ et le milieu politique (français) des pratiques machistes qui y ont cours. Il ne s’agit pas non plus de contester l’importance d’une réflexion et d’une mobilisation pour que les femmes soient enfin reconnues compétentes en politique… et nommées aux postes qui correspondent à ces compétences.

Pour lire le manifeste, c’est ici : http://www.femmesetpouvoir.fr/

Mais tout de même, pourquoi (encore) le Moyen-Age ?

Certes, les manifestes réclament une plume efficace. Mais alors pourquoi, si l’on entend faire simple et seulement frapper les esprits, à côté du terme « moyennageux » renvoyer à une période très précise à savoir le XIVe siècle ? Pour rappel, le Moyen-age commence grosso modo au VIIe siècle de notre ère et il englobe, également grosso modo, trois périodes le « haut Moyen Age » (à peu près jusqu’au XIe) le Moyen Age central (la grande apogée des XIe-XIIIe) et le « bas Moyen Age » également poétiquement baptisé « l’automne du Moyen-Age ». Est-il besoin de le préciser, la période est un peu longue et les réalités sociales et politiques qu’elle recouvre sont pour le moins… variables et changeantes.

Abrégeons un peu : quid de la femme en politique au Moyen-Age ? M’aventurant un peu hors de mon pré carré (la prédication) je me bornerai à parler de ce que je connais un peu mieux, à savoir, le XIVe-XVe. Et l’on y voit que le Moyen-Age ne saurait se réduire à une théocratie papale et cléricale, toute puissante et machiste.

Le monde médiéval est un monde d’hommes, c’est vrai. Ceux qui pensent, la majorité des clercs (universitaires, prêtres, religieux etc.) s’accordent en général pour flanquer la femme de tout un tas de  déficiences de nature et la description de l’anatomie féminine verse en général dans l’anatomie fantastique, ou monstrueuse, tout particulièrement au niveau des organes génitaux. Qui dit majorité ne dit pas totalité : le Moyen-Age n’est, ni en théologie ni ailleurs, le règne de la pensée unique. Oui, on chasse les hérésies mais seulement une fois qu’on les a cataloguées comme telles : en attendant la créativité théologique est très importante de ce côté. Notons à propos que le Moyen-Age est devenu sexiste :  avant le XIIIe siècle et la grande redécouverte d’Aristote (via le monde arabe et byzantin) les positions sont plus mitigées sur l’infériorité de la femme. Mais avec la redécouverte de l’Antiquité on donne une nouvelle jeunesse à moult théories médicales inventives elles aussi et peu enclines à considérer qu’une femme diffère d’une pouliche.

Et ceux qui agissent ? Ce sont des hommes, le plus souvent. Le XIVe à cet égard est le grand inventeur de l’incapacité politique des femmes avec la belle pièce d’idéologie qu’est la fameuse loi salique : face au problème dynastique (le royaume de France par le biais des lignées risquait de devenir la proie de la perfide Albion) on établit que les femmes ne peuvent hériter du trône : ça c’est la théorie, mais en pratique ? En pratique, les femmes font des choses et au XIVe-XVe, de plus en plus de choses. Quand Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI est assassiné… qui gère la maison d’Orléans ? Certes pas, dans un premier temps, les deux jeunes héritiers : c’est Valentine Visconti, son épouse, issue d’une très grande maison italienne. Face au pouvoir royal vacant par suite de la folie du roi (Charles VI) qui a le pouvoir ? Plein de gens : au premier chef, des hommes, le duc de Bourgogne, le duc d’Orléans et le duc de Berry. Rarement ensemble, plutôt à tour de rôle (d’où l’assassinat). Oui mais, et la reine ? La reine, Isabeau de Bavière demeure dans cet échiquier politique une pièce de choix et éminemment stratégique : avec elle on gagne les dauphins à sa cause. Et si l’historiographie a transmis une image très noire d’elle, comme quoi elle aurait presque vendu la France aux Anglais, c’est justement parce qu’elle n’était pas qu’une spectatrice : elle était aussi une négociatrice politique, dont les choix n’ont pas été avalisés par le grand roman national ultérieur. Son rôle est d’ailleurs remis à plat dans un intéressant article de Rachel Gibbons dont le titre, « Isabeau de Bavière : reine de France ou lieutenant général du royaume » en dit long…

Les femmes font donc, peut-être pas au premier plan mais tout de même : ce sont aussi elles souvent qui font les dynasties par de savants mariages : un jour la Bourgogne hérita des Flandres… rien de fortuit à cela. Si elles font c’est parce qu’elles savent : nombreux sont les manuscrits possédés et commandés par les femmes de la noblesse. Et leurs lectures sont loin de  se cantonner aux petits livres pieux. Elles lisent, fort bien, mais elles ne sont pas productrices de savoir…

A la fin du Moyen-Age, tout change comme qui dirait et les femmes sont partout, ou presque. C’est d’ailleurs l’objet d’un récent ouvrage qui s’intéresse à leur présence en politique, justement : « Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen-Age t au cours de la première Renaissance » (De Boeck, 2012). Il y est question de Jeanne d’Arc, bien sûr, mais aussi de Yolande d’Aragon, de Catherine de  Médicis, d’Isabelle de Castille, de Blanche de Castille, Marguerite d’Anjou et Anne de France. Du beau monde en somme. Reste que les femmes ne sont pas à l’université et leu accès au savoir est médié : cela ne les empêchent pourtant pas de s’instruire un peu ou beaucoup. Christine de Pisan est sans doute  un cas relativement exceptionnel : éduquée par son père qui était astronome, elle grandit à la cour, se marie et a des enfants. Mais son mari meurt, la laissant dans le dénuement et la précarité. Elle deviendra pour la peine auteur et, après s’être essayée à de gentils poèmes, elle se pique d’écrire sur la politique, la réforme du royaume etc. Certes, elle a des soutiens politiques, la maison d’Orléans, mais elle vit matériellement de sa plume, faisant figure de femme entrepreneure (elle dirige un atelier de copie pour diffuser ses oeuvres). Au-delà du milieu de la cour les femmes s’expriment de plus en plus, notamment dans le domaine de la spiritualité : quoique la carrière  théologique soit vraiment bouchée, elle sont nombreuses à être mystiques et à recevoir en direct des cieux des avertissements sur l’ordre du monde. Certes, nuançons là encore : le mysticisme est rarement apprécié par l’institution ecclésiale  et ces femmes sont rarement autonomes. Reste que si certaines sont condamnées, comme Margueritte Porette qui est brûlée, d’autres mieux dotées par les cieux passeront à la postérité littéraire : c’est le cas de Marguerite de Navarre avec son Heptaméron. Dans d’autres cas, il leur faut passer par la plume d’un homme: c’est notamment le cas de Catherine de Sienne et de la célébrissime Hildegarde de Bingen.

Les femmes sont donc effectivement rarement autonomes, ce qui n’empêche qu’elles soient réellement actives, avec parfois une force de contestation réelle : on est loin de la dame à la licorne. Le XIVe c’est aussi un des premiers moments où justement, des femmes vont pouvoir, relativement, vivre une vie à elles. Les ordres religieux dans une certaine mesure avaient déjà été une forme d’indépendance féminine : on pouvait ne pas se marier. Notons que chez les hommes on se marie aussi ! Mais avec les béguines, on va encore un peu plus loin : ces femmes (majoritairement en Flandres) entendent suivre un mode de vie spirituel tout en vivant de leur travail. Elles ne sont pas cloitrées (mais elles vivent en communauté) et ne prononcent pas de voeux. Sans surprise, le concept ne plaira pas trop aux messieurs sourcilleux de l’Eglise. Oui mais : là encore pas de généralisation ! Car un bonhomme aussi soucieux d’orthodoxie que le cher Jean Gerson laissera ses soeurs libres de ne pas se marier et il leur versera une petite rente pour qu’elles continuent à vivre ensemble tout en travaillant. Ledit bonhomme tient d’ailleurs des propos intéressant sur les biens très relatifs, pourtant abondamment vantés par l’Eglise, du mariage pour une femme. N’allons pas lui décerner la palme du féminisme moyennageux : nul doute que l’on serait déçu au détour d’un sermon. Nos concepts sont peu propres à décrire la réalité d’alors : féministe non, mais ouvert à certains points de vue, oui. Il sera d’ailleurs aux côtés de Christine de Pisan pour condamner le Roman de la Rose de Jean de Meung. Entre autres parce qu’il pense que le contenu sexuel de l’ouvrage est honteux : là encore le féminisme est tout relatif.

Conclusion : la légende noire du Moyen-Age et l’imaginaire des « âges obscurs » fait toujours recette pour faire mouche dans la polémique. Pourtant, dans une certaine mesure est-ce que cela ne vaudrait pas la peine de dire aussi les choses comme elles sont ? De laisser les métaphores et de dire les mots qui déplaisent ? Tout est question de stratégie argumentative…

Et si vous avez raté le manifeste en haut… il est aussi ici : http://www.femmesetpouvoir.fr/

Référence de l’ouvrage cité : E. Bousmar, J. Dumont, A. Marchandisse, B. Schnerb (dir.), Femmes de pouvoir et femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen-Age et au cours de la première Renaissance, De Boeck, 2012.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.