Poésie et sermon : autour de l’ouvrage de S. Wenzel.

Pour le cas où vous ne sauriez qu’offrir pour Noël ou si d’aventure un spleen profond vous hante… Lisez l’ouvrage Preachers, poets and the early english lyric de S. Wenzel, Princeton university Press, 1986.

Où l’on découvre qu’un sermon peut être littéraire et qu’en tout cas la question est loin d’être simple.

Certes, la poésie pour les prédicateurs est essentiellement utilitaire, elle alimente les sermons. Mais ce faisant ils deviennent, un “centre, une matrice pour la production de poésie anglaise” (p. 13 je traduis). L’échange est intéressant et a le mérite de questionner la porosité des domaines intellectuels.

Quel usage font les prédicateurs de la poésie ? “Les textes littéraires sont écrits afin de seconder les prédicateurs dans leurs études ou pour fournir des grandes lignes adaptables à la performance oratoire réelle, quel que soit le public que le prédicateur a devant lui.” (p. 19, id.)

Ceci étant dit, peut-on faire  un pas plus loin et postuler qu’un sermon a une dimension esthétique ? C’est ce que fait Wenzel en affirmant que c’est la structure des sermons qui rencontre le goût d’alors “La maîtrise formelle apparaît dans la création comme un tout ordonné constitué de plusieurs parties qui sont clairement et logiquement articulées entre elles.”

L’esthétique du sermon renvoie donc à quelque chose d’analogue à la beauté de la céramique du Moyen-Orient, fortement géométrique, non figurative, très structurée.

Mais pour un texte ça donne quoi ? Wenzel prend le soin de souligner que notre appréciation des sermons médiévaux est biaisée : nous les lisons, silencieusement. Les textes médiévaux étaient généralement déclamés, tout du moins lus à haute voix : “Une telle répétition (de rimes etc.) peut apparaître comme un tour purement formel mécanique et ennuyeux. Mais s’il est saisi par l’oreille dans un discours oral, sa réapparition périodique comme un motif musical dans une sonate […] peut assurément devenir une source de plaisir.”

Cela laisse à penser… Seule solution, mettre en scène des sermons médiévaux.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.