Archives par mot-clé : université

De l’usage de lectures critiques en cours.

Les lectures critiques sont une littérature d’abord malaisé qui supposent des compétences de lecture poussée. Personnellement, je pense qu’elles gagnent à être abordées en cours, en plus de la classique bibliographie de lectures conseillées.

En effet, un écrit critique enrichit notablement le dispositif pédagogique : dans un cours de type magistral, il va permettre d’approfondir ; dans le cadre d’une réflexion plus autonome (type travail de groupe etc.) il peut fournir des pistes de réflexion intéressantes. Dans tous les cas, il incite l’étudiant à faire des liens entre plusieurs contenus, ce qui favorise l’apprentissage.

Reste qu’il n’est pas de magie : le texte critique ne génère pas ipso facto les éléments susdits, ou alors, il ne parle qu’aux meilleurs éléments, déjà capables d’analyser et de se réapproprier les éléments pertinents. Je n’extrapole pas, c’est le constat à chaud du TD d’aujourd’hui.

Le centre de ressources pédagogiques de Louvain la Neuve permet heureusement de passer à une observation plus réflexive et, j’espère, porteuse, pour la mise en oeuvre ultérieure  de ma pratique pédagogique.  Pour découvrir cette mine pédagogique c’est ici http://www.uclouvain.be/ipm

Il y a lecture et lecture : la lecture « exploration » lâche l’étudiant dans la jungle du texte et le laisse faire le tri lui-même. Le risque, c’est que l’étudiant se raccroche à ce qu’il connaît, ou comprend, bref qu’il navigue à vue faute de savoir ce que l’enseignant veut qu’il fasse dudit support. La lecture « exploitation » elle donne des consignes claires sur ce qu’on doit faire du texte (critiquer la position de l’auteur, faire une carte conceptuelle, relever les idées essentielles du texte etc.) et sur la finalité pédagogique (en vue de faire quoi, de savoir quoi ?).

Le retour d’aujourd’hui m’invite à affiner : sans doute vaut-il la peine de graduer les exploitations du texte. Avant de demander de se positionner de manière critique peut-être que passer par l’étape « relevé de la thèse défendue » facilite le travail, du moins pour les étudiants moins agiles intellectuellement.

Bref… un dispositif ça ne s’invente pas, ou plutôt, ça se pense et se repense ! Comme Montaigne (sujet entre autres du TD) il faut « s’essayer » .

 

De vita universitaria/ Heurs et malheurs de la vie académique.

L’université est un monde en soi, quoiqu’elle prétende de par sa vocation intellectuelle à l’universel : tel est l’enseignement de l’étymologie. Elle est un petit monde certes, comme le souligne David Lodge dans son roman célèbre Small World mais qui a tout du microcosme résumant la totalité du monde. Totalité de par le savoir, totalité de par son implantation mondiale… totalité enfin de par les hommes et les femmes qui la constituent : la communauté universitaire fournit en effet un échantillon d’humanité parmi d’autres.

Cet échantillon est-il représentatif ? Pour David Lodge, il s’apparente plutôt à un condensé (à valeur expérimentale certaine) de cas étranges allant du doux rêveur au Dom Juan forcené. C’est aussi dans une moindre mesure le point de vue de deux chercheurs Billy Ehn et Orvar Löfgren dans leur article « La vie des émotions dans le monde universitaire » paru dans la revue Ethnologie française, vol. 38, 2008/2.  On y apprend ainsi que cette communauté précise se caractérise par un rapport tabou aux émotions, tant positives que négatives. Il n’est ainsi pas de bon ton, ni bienséant d’exprimer sa jalousie, son dépit etc. Que dire alors ou qu’exprimer en place de ces sentiments malvenus ? La réponse des deux chercheurs est : l’ironie. L’ironie est, selon eux, le mode d’expression majeur des émotions dans le monde universitaire.

Petit monde donc, mais pas tout à fait microcosme : l’expression des émotions n’est pas régie dans tous les secteurs d’activités par l’ironie.

Et Gerson ? Quel avis ou quelle opinion Jean Gerson formulait-il au XIVe-XVe siècle en tant que chancelier de l’université de Paris, c’est-à dire, en tant que patron d’une des institutions culturelles les plus prestigieuses et les plus puissantes de la fin du Moyen Age ?

La question n’est pas sans intérêt, au moins pour deux raisons : d’une part parce que Gerson, en tant que fils d’un paysan aisé de la Champagne doit sa carrière et son ascension sociale exclusivement à l’université française (et aux divers problèmes démographiques qui à la fin du Moyen-Age ont décimé la population française de sorte que la mobilité sociale y a été facilitée), d’autre part parce que Gerson, à un moment de sa carrière de chancelier, a demandé à démissionner de sa charge.

Cette décision, relativement surprenante et éphémère nous est connue par une lettre qui nous est parvenue. Gerson y écrit à ses collègues universitaires pour y déplorer plusieurs dysfonctionnements de l’institution. Il y évoque également son désir de se retirer dans une petite communauté religieuse dont il avait été nommé abbé (surtout initialement pour des raisons financières) à Bruges.

« Ista est pars angustiarum et calamitatum in officio cancelaria parisiensis quarum consideratione et sanctissimorum [Dei] timentium consiliis cedere simpliciter et gratis fixus institui. »

Traduction : Voici une partie des angoisses et des calamités inhérentes à la charge de chancelier de l’université de Paris : après les avoir examinées, sur le conseil de personnages saints qui craignent Dieu, j’ai résolu de démissionner simplement et sans demander de compensations.

Le ton est un peu affecté et grandiloquent : Gerson est pétri de pré-humanisme et de scolastique et son latin aime les circonlocutions. Mais au-delà,ce dont fait état Gerson est une réelle souffrance dans son activité de chancelier. Aujourd’hui encore de très doctes études enseignent que des individus en situation de stress (les fameux risques psychosociaux) peuvent adopter une attitude de fuite pour résoudre une situation génératrice de conflits intérieurs.

Mais quels sont les moteurs des risques pyschosociaux du XIVe-XVe siècle et qu’est-ce qui est cause de stress pour un cet ecclésiastique ?

Cogor enim pluribus dominis magnis valde qui adversissimi sunt complacere vel obsequi; nomina non explico illa scientibus.

Traduction : Je suis contraint de courber l’échine et de complaire à plusieurs grands maîtres qui sont ennemis. Je ne cite pas de noms, ceux-ci étant connus des gens qui savent de quoi je parle.

Intellectuel de grande envergure… et prédicateur d’une rectitude morale peut-être un peu trop intransigeante pour certaines situations de travail, Gerson n’aime pas faire des courbettes et dire à l’un « banc » et à l’autre « noir » pour des raisons de diplomatie ou, pour le dire de façon plus prosaïque, pour ménager la chèvre et le chou.

Cogor amicis favere qui tamen […] me a factiosis et fortissimis hominibus qui omnia calumniantur quae ago, immo et verba mea tota adversum me execrantur. […]

Traduction : Je suis contraint de favoriser des amis qui, pourtant, sont impuissants à me garder d’ individus intrigants et puissants qui calomnient tout ce que je fais, bien plus, qui dénigrent et retournent contre moi tous mes dires.

Lointain cousin du misanthrope de Molière, Gerson est également tout aussi démuni que lui face à ce que ses propres paroles peuvent devenir à son insu. Les problèmes de communication continueront au demeurant de poursuivre le pauvre chancelier toute sa vie : car ce sont bien ses sermons, un peu trop francs face à certains puissants de son monde, qui le poussèrent à finir sa vie en exil, à Lyon tel Alceste dans son désert. Notons que Gerson n’était toutefois pas entravé d’une Célimène, ce qui est un indéniable atout.

Cogor laborare pro curiosis sermonibus quibus absque aedificationis fructu maxima temporis pars absumitur et mihi convenit illud : stulto labore consumeris.

Traduction : Je suis contraint de travailler à des sermons alambiqués vides de tout profit spirituel : une immense partie de mon temps s’y consume et l’on peut dire à juste titre de moi « tu te consumes dans un travail stupide ».

Les responsabilités de Gerson sans doute étaient nombreuses… et peut-être que la gestion des personnels universitaires le chargeaient de tâches plus ou moins intéressantes… et plus ou moins intellectuelles. Et à quelques siècles de distance on pourrait dire à juste titre : « rien de neuf sous le soleil » . De nos jours être chercheur ne revient pas à s’enfermer dans une tour d’ivoire, ou une bibliothèque mais ressemble fort à ce que d’aucuns appellent un manager : quelqu’un en charge de responsabilités administratives, de subordonnés (les étudiants), astreint à une productivité (d’articles) certaine etc.

Alors, monde à part ou microcosme ?