Archives par mot-clé : Thèse

Chercher en créant/ créer en cherchant : faire de sa thèse une œuvre d’art.

Qui irait nier que la recherche requiert une certaine dose d’inventivité, pour ne pas dire de créativité ? Pourtant, rares sont ceux et celles qui osent faire un pas de plus pour mettre en avant des croisements et des hybridations entre pratique scientifique (toutes disciplines) et pratique artistique. Certes, il y a bien « Dance your Phd » mais avouez-le, vous dansez comme un pied et vous vous êtes demandé en votre for intérieur ce que donnerait chez vous une chorégraphie heuristique. En somme, face à la cigale jeune chercheuse qui voudrait danser dans le (trop) court intervalle de l’été doctoral, la fourmi du management de projet académique dit « niet » et se gausse à gorge déployée…

Force des habitudes académiques et scolaires qui séparent l’intelligence logico-mathématique (qu’on utilise même quand est pas mathématicien-ne) de l’intelligence visuelle ? Le cerveau gauche du cerveau droit ? Peut-être… et c’est bien dommage car de la formulation d’une idée neuve (l’idéation), à la création… voire, dans un autre domaine, à l’innovation (voir ce qu’en dit l’agence Mondrian), il n’y a pas tant de distance. Bien plus, les occasions de jeter des ponts sont multiples et, à tous points de vue, profitables pour le travail de recherche… ainsi que pour le moral et le cerveau de celui ou celle qui cherche.

Ma réflexion sur les apports des facultés créatives à la recherche a commencé il y a longtemps (au tout début de mon doctorat) quand, ayant à formuler un projet de recherche doté d’une problématique solide et cohérente, j’ai dû écrire. Bien malin celui ou celle qui prétend avoir pu toujours se frayer un passage entre les lacs étroits de l’angoisse de la page blanche… Les questions affluent et le doute semble submerger l’intelligence rationnelle qui doit alors conduire la barque : par où commencer ? quel ordre suivre ? ou pire… qu’est-ce que je veux vraiment montrer ? Où est le nœud problématique ? Cette spirale s’entretient hélas avec assez d’aisance pour pouvoir durer longtemps et vous faire passer quelques mauvaises nuits ponctuées d’insomnies à la productivité scientifique nulle. Pour couper court aux affres de l’intelligence qui vous laisse en plan, rien de tel que de changer de programme sur vos ondes cérébrales… et de passer sur la chaine « Créathèse », la chaine où votre thèse devient une œuvre d’art. En l’occurrence, pour moi, l’issue à l’insondable recherche de ma sacro-sainte problématique (que j’ai bazardée trois mois après…) fut l’écriture d’un dialogue allégorique où les principaux concepts de ma recherche devinrent des personnages batailleurs et bavards. Le gain fut double : écrire quelque chose de futile libère l’écriture et l’on devient très vite productif, ce qui est moralement rassurant. Mais surtout, votre cerveau, à travers le cadre du dialogue allégorique recommence à mouliner des idées, à les enfiler et l’air de rien, et en quelques coups de cuillère à pot, vous aurez de quoi cerner des arrêtes, des failles, des oppositions qui permettront de redéfinir à tête reposée, sans y penser… la problématique.

Mais la créativité peut servir à bien d’autres étapes de la thèse et se révéler une aide pour bien d’autres processus mentaux. Elle peut par exemple permettre de re-fluidifier la circulation des idées coincées dans une impasse. Ces cas d’engorgement peuvent être fréquents et difficiles à gérer car dans la recherche, votre principal outil de travail, c’est votre cerveau et vous ne pouvez pas toujours appuyer sur le bouton « off ». D’où le risque que, même en dehors du temps de travail, vous ne brassiez avec frénésie les idées ayant trait à votre thèse. Or, vivre sa thèse 24h sur 24h peut déboucher sur une certaine saturation et des encombrements d’idées. (A noter : on peut apprendre à son cerveau qu’il y a des temps « off ». Il faut se faire un peu dompteur de lions, mais ça marche pas mal et offre un sentiment plaisant de vacances). C’est ici qu’intervient la créativité manuelle. Mettez dans votre sac cérébral votre magma informe d’idées et emmenez-les à une « séance de cinéma ». Pour cela, le choix est vaste, mais privilégiez une activité où vos idées puissent regarder depuis leur fauteuil le ballet harmonieux et fluides de vos mains affairées à faire quelque chose : menuiserie, jardinage, cuisine, peinture, dessin, tricot, calligraphie. A noter : il n’est pas dit que les activités davantage corporelles (théâtre, danse, marche etc.) offrent le même sentiment de vacances à vos idées, mais à voir, le jeu des personnalités entre aussi en ligne de mire. Or, tout en … (ponçant votre bout de bois ou comptant une maille à l’endroit une maille à l’envers…) vous allez continuer à réfléchir, mais à un rythme différent puisque vous faites en réalité autre chose. Et pourtant… vos idées vont se dérouler, se déplier et à la fin de la séance de cinéma manuelle, vous y verrez sans doute plus clair sans avoir rien fait pour exprimer davantage le substantifique jus de votre cerveau.

Créer ressemble encore au travail de recherche par le ballet temporalité/ persévérance qu’il fait entrer en scène. Or, pour avancer dans son doctorat, notamment dans les disciplines où l’on travaille seul-e, bien gérer sa motivation s’avère crucial pour dépasser les moments de doute existentiel (le syndrome de « j’y arriverai jamais »). Personnellement, pratiquer des activités artistiques et manuelles m’ont beaucoup aidée au moment de la rédaction : quand on roule sur les routes sinueuses de l’écriture scientifique de quelques 500 pages bardées de notes de bas de page la panne d’essence n’est pas rare. Car, comme sur la route, l’horizon et l’arrivée qui lui est associée recule sans cesse avec une fantaisie taquine… Si donc vous êtes mauvais-e marathonien-ne lancez-vous dans un projet créatif quel qu’il soit, si possible d’ailleurs avant même de voir la panne poindre. Et quand vous aurez…relooké votre voiture, fait un meuble en carton, bouclé un projet photo etc. (liste non exhaustive) vous regarderez avec sérénité votre panne de motivation doctorale : car en somme si vous avez fini quelque chose (votre déguisement de Sailor Moon, la coiffure afro de votre pote etc. etc.) de déjà un peu ambitieux, il n’y a aucune raison de ne pas finir la thèse. En somme, c’est un cocktail de « preuve par l’exemple » et de « méthode Coué »).

Il y aurait beaucoup dire sur la fécondité de la pratique artistique pour offrir des biais pour repenser le travail de construction conceptuel (faites votre plan de thèse en legos) ou pour offrir un lieu de destruction créatrice (faites table rase de votre bibliographie obèse, repensez à neuf, démolissez tout)… C’est qu’à tout niveau, les facultés créatives de l’intellect offrent un miroir à l’intelligence rationnelle, des chemins de traverse, des métaphores… bref une distance salutaire quand on a le nez dans le guidon (ou pas), et surtout, quand on doit inventer.

Alors, la fourmi académique peut bien dire à la cigale doctorante « dansez maintenant », elle ignore qu’elle lui donne là un précieux conseil…

Le Moyen-Age à l’heure de Wikipédia et des MOOCS.

Pourquoi le Moyen-Age ? Je suis loin de me réveiller chaque matin hantée par cette question, notamment parce que la première réponse qui me vient, au-delà de toute réflexion, est la suivante : « Parce que j’aime cette période ». J’ai au demeurant une nature portée à s’enthousiasmer pour bien des domaines et époques, ce qui fait que mon « goût » du Moyen-Age n’est en rien une passion exclusive.

Mais la question demeure plus que pertinente (c’est pour ça que nombre de billets de ce carnets tournent autour), notamment quand on sait qu’un ouvrage s’y intéressant de près a pour titre L’Histoire est un sport de combat. C’est le fruit d’une réflexion menée par Joseph Morsel et Christine Ducourtieux et, parce que pour une fois le propos est de participer autant au débat public qu’à la réflexion scientifique, on peut la télécharger en ligne à l’adresse suivante, sur le site du LAMOP (laboratoire de médiévistique occidentale de Paris) :

http://lamop.univ-paris1.fr/spip.php?article64#.U3tKInZgKfQ

Un autre ouvrage, issu des actes d’un colloque avait pris sa suite sur la question, avec l’ambition de faire la synthèse de la réflexion suscitée par le premier écrit. Il s’agit de Pourquoi étudier le Moyen Age, coordonné entre autres par Didier Méhu et Néri de Barros Almeida. Il est intéressant de noter au passage que le colloque en question émane d’une zone a priori périphérique dans le domaine de la médiévistique, à savoir le Brésil. Signe que les marges ont toujours un regard décalé et instructif sur les problématiques par rapport au centre (ici l’Europe) ? Ou… signe des temps qui nous voit passer à un monde globalisé, y compris pour l’université, où l’Europe se trouve marginalisée par rapport aux puissances émergentes ?

Là encore le pari est celui de l’open science et vous pouvez trouver l’ouvrage à l’adresse suivante www.univ-paris1.fr/fileadmin/Publi_Sorbonne/vdp_mehu.pdf

(ou sur le site de la Fnac en vente pour le prix de 28 E)

La franchise en tout cas de l’ouvrage mérite d’être soulevée puisque les vertus ordinairement invoquées pour défendre l’étude du Moyen-Age sont congédiées assez rapidement : une époque propre à forger le recul critique ? Rien de très spécifique, on en ferait autant en étudiant le XVIIIe ou des populations éloignées dans l’espace comme c’est le cas en anthropologie. La déprise est louable, mais elle n’est pas l’apanage du Moyen-Age.

Ou alors s’agit-il d’étudier le Moyen-Age pour contrer toutes les reconstitutions très fantasmées qu’il masque dans notre époque moderne ? C’est assurément salutaire… mais justifier l’étude et la production scientifique par des raisons qui lui sont extérieures (le fait que dans notre société certains courants de pensée instrumentalisent un mythe du Moyen-Age) n’est pas très satisfaisant intellectuellement.

Ma réflexion suit son cours et a trouvé de quoi moudre quelques pensées supplémentaires à la faveur d’une (re)lecture du très docte Gundriss der romanischen litteraturen des Mittelalters (tome VIII/1 sur la littérature de la fin du Moyen-Age). Et j’y retrouve un des arguments particulièrement pertinent de l’ouvrage précédent.

Hans Ulrich Gumbrecht dans un article « Complexification des structures de savoir : l’essor d’une société nouvelle à l fin du Moyen Age » affirme en autres ceci : « On comprend que la complexification des structures du savoir [ nous précisons : qui sont à l’oeuvre dans la société de la fin du Moyen-Age] qui sera notre sujet, aboutit aux conditions de possibilité de la connaissance [nous précisons : c’est à dire au cadre intellectuel alors en vigueur pour l’élaboration du savoir] que nous avons tendance à confondre avec ce qui relève d’un niveau anthropologique et, par conséquent, métahistorique [nous avons tendance à tort à considérer ce cadre intellectuel comme appartenant naturellement à l’homme, sans que l’histoire ne le modifie]. […] Les chapitres de ce livre décrivent la genèse de la cognition moderne. Cela mérite d’autant plus d’attention, qu’il y a lieu de penser qu’aujourd’hui, l’ère de la « cognition moderne » touche à sa fin. » p. 22.

Cette phrase date de 1988. Entretemps, wikipédia et les MOOCS ont contribué à concrétiser de façon tangible ce qui pouvait apparaître un peu abstrait : pour faire court, le numérique et la fin de l’ère du livre de type codex (des pages de papier enserrées dans deux couvertures) change le rapport au savoir, et la manière de connaître.

En même temps que tout, ou presque, se trouve sur Wikipédia, sans auteur, validé par une communauté non scientifique (ce qui ne veut pas nécessairement dire inculte), nous cessons peu à peu à reconnaître le livre, le maître, tous strictement individualisés comme la source du savoir. C’est une modification majeure aux implications innombrables… dont la perte de crédit phénoménale du cours magistral n’est qu’un exemple (expérience vécue) : les élèves, les étudiants n’y croient plus et ne vous croient plus…

Que disait à ce sujet Pourquoi étudier le Moyen-Age ? Rien de façon explicite, mais indirectement, on y revient : que l’étude du Moyen-Age offre la possibilité, exceptionnelle, de nous pencher sur une civilisation révolue (qui a eu un début et une fin, identifiable avec des nuances) et surtout, dont la culture européenne du XXIe siècle tire sa source. On peut étudier la civilisation de Sumer qui a aussi un début et une fin : mais Sumer n’a pas engendré de manière assez directe l’Europe du XXIe siècle. Car nous devons beaucoup, encore aujourd’hui, au Moyen-Age : l’Etat, le droit, la rationalité, le livre et bien d’autres choses structurellement constitutives de notre monde.

H. U Gumbrecht le souligne : « Dans la tradition historiographique européenne, il est convenu de valoriser tout symptôme de subjectivité naissante [c’est à dire, d’autonomie individuelle de la pensée] comme un signe de progrès mental et intellectuel. Il s’agit là d’un jugement dont nous trouvons le point de départ à la Renaissance, et plus explicitement à l’époque des Lumières. La fin du Moyen-Age, par contraste nous rappelle que cette conquête de la subjectivité impliquait (revers de la médaille) une perte – souvent brutale- de stabilité des cadres sociaux de la vie quotidienne. Il est vrai que les siècles de la Grande Peste et de la guerre de Cent ans furent une époque sombre, d’où le refus de notre culture contemporaine d’y trouver l’origine de ses valeurs les plus canonisées; » p. 25

A l’heure où il ne se passe pas un jour sans qu’un titre de la presse ne brandisse la crise, la perte des valeurs comme argument de vente il est utile de revenir au Moyen-Age pour penser, entre autres, la crise, et le reste, non pas comme la fin DU monde mais comme l’émergence de quelque chose de nouveau…

 

Valeur de l’histoire en politique (en France et outre Rhin)

La discipline historique se révèle souvent proche des sphères du pouvoir : c’est là chose ancienne et naturelle en France, ainsi qu’en Allemagne, puisque c’est bien sur l’assise du passé que se sont construits au XIXe les états nation tels que nous les connaissons. Rien de très nouveau sous le soleil, et la récupération de l’histoire va toujours bon train en politique, comme la loi sur les vertus de la colonisation (et bien d’autres encore) a pu le montrer il y a encore peu.

En cette nouvelle année 2014, quoi de neuf ? ou plutôt : à quelle sauce historique allons-nous manger notre présent ?

En France, grand émoi et sonnerie de clairon : nous allons commémorer en grande pompe la grande guerre, la fleur au fusil si je puis dire. Beaucoup de réjouissances en perspectives donc et chacun peu d’ores et déjà peut tressaillir en son for intérieur à l’idée de pleurer les poilus, de nous lamenter sur Verdun, de conspuer l’ignoble traité de Versailles qui a désuni l’Europe etc. Au passage on ne manquera pas aussi, d’avoir une petite pensée pour les femmes qui, comme chacun sait, se mirent à travailler en 1914, pour les tirailleurs sénégalais ainsi que tous les autres . On n’oubliera pas non plus de saluer avec quelque fierté les progrès technologiques que la guerre de 14-18 permit, illustrant déjà le génie français en matière d’industrie militaire.

Ne manquez pas au passage de lire l’intéressant article qui tord le nez à certaines choses que nous avons pieusement apprises en cours d’histoire :

http://www.lemonde.fr/centenaire-14-18/article/2013/11/04/pour-en-finir-avec-dix-idees-recues_3507585_3448834.html

Et 2014 en Allemagne ? Après tout, puisque tout le monde participait, tout le monde peut commémorer et venir rire, pleurer dans la grande messe patriotique…

Eh bien, en Allemagne 2014 n’est pas l’année de la Grande guerre mais l’année de Charles le Grand alias Karl der Grosse, Karolus Magnus… en français, Charlesmagne.

En effet, Charlemagne a ceci d’intéressant que, comme les saints médiévaux que chacun réclamait pour sa chapelle, il est multinational… voilà quelqu’un de bien adapté à la mondialisation. Et de fait, il est une figure majeure de l’histoire nationale de la France… et de l’Allemagne. Je vous laisse lire le petit article que l’organe de la diplomatie culturelle allemande en France a diffusé : on y lit notamment que Charlemagne fut le fondateur de l’Europe et qu’il sera célébré en ce sens !

http://www.allemagne.diplo.de/Vertretung/frankreich/fr/__pr/nq/2014-01/2014-01-08-charlemagne-pm.html

Je rajoute le lien du site dédié aux manifestations organisées autour de cette figure historique.

www.karldergrosse2014.de

En conclusion : la France célèbre un conflit meurtrier qui a désuni l’Europe, l’Allemagne fête un monarque qui unifia pour longtemps le continent européen.

Certes, tout ne fut pas pacifique en ces temps reculés : nul doute que Charles n’était pas un tendre et qu’il conquit l’Europe surtout à la force de son poignet. Seulement, il ne s’arrêta pas là : aidé d’intellectuels de cour (Raban Maur, Alcuin, Loup de Ferrières etc.) il mit sur pied un programme d’unification culturelle de conquêtes. La minuscule caroline (type d’écriture propagé dans les manuscrits carolingiens se caractérisant par une grande lisibilité… et d’inspiration romaine) permit une meilleure diffusion de la culture antique et médiévale au sein des monastères, le soutien appuyé aux fondations de monastères créa un maillage de foyers culturels à travers toute l’Europe, et le renouveau de la langue latine favorisa l’intercompréhension entre des aires géographiques distantes.

Il n’empêche qu’à tout prendre, il ne serait pas déplaisant que l’on s’interroge un peu sur ce qu’on célèbre, car nul n’est tenu d’embrasser le passé dans sa totalité et l’on peut choisir ce qui ouvre aussi sur l’avenir…