Archives par mot-clé : sciences humaines

Rémanences médiévales : lecture d’Ordonner et exclure.

Le passé est-il jamais dépassé ? Au détour d’une lecture de l’ouvrage de Dominique Iogna-Prat, Ordonner et exclure, Aubier, 1998 voici une réflexion riche sur les usages présents du passé… et le poids de l’inconscient historique:

« L’exclusion de la différence traitée dans ce livre [note : c’est-à-dire l’exclusion des juifs, des musulmans, des laïcs et des femmes] dépasse le strict horizon des années 1000-1150. L’analyse micro-historique d’une Eglise monastique, qui  se confond avec l’Eglise universelle et qui entend régenter la société chrétienne voire l’humanité,  a permis d’examiner à la loupe comment l’Occident latin des XIe et XIIe siècles est, dans la diabolisation de tout Autre, à l’origine lointaine de nos propres intolérances, à l’âge de la Shoah, des profanations de cimetières, des appels à la croisade et  des fièvres intégristes. Vagues et ressacs de notre actualité renvoient à des lames plus profondes. Pour peu qu’on prenne la peine et qu’on se place aux bons postes d’observation, l’histoire du Moyen Age peut nous aider à reconstituer la genèse de nos stéréotypes et à éclairer les mécanismes infernaux qui, tel l’antisémitisme, rendent l’homme étranger à l’homme. Bien sûr, de l’Autre du XIIe siècle à nos propres problèmes d’identité collective, on ne saurait dégager des parcours nettement tracés et univoques; sans doute notre rapport au passé est-il plus fait de rémanences que de permanence. Mais quelles que soient les solutions de continuité qui rendent le Moyen Age lointain et exotique, il n’est pas sans intérêt d’essayer d’identifier ces rémanences et d’éclairer un peu le théâtre de nos ombres. » p. 367.

En cette période où coexistent la découverte d’un exemplaire inconnu du Coran, datant des premiers temps de l’islam et des refrains identitaires répétitifs, cette pensée ne peut que nous stimuler pour continuer d’affirmer l’utilité profonde et patente des sciences humaines.