Archives par mot-clé : carrière

« C’est par où? » : la carte ign du doctorat.

Votre sac doctoral est prêt : vous pouvez partir… mais pas trop à l’aventure néanmoins, même si le doctorat en est une, d’aventure. Prenez le temps de regarder une carte… Sinon, vous risquez de vivre ça .

Commencez donc par a. votre Destination, « pour quoi vous le faites » (but perso, carrière universitaire, montée en compétences…) b. Vos compagnons de route: avec qui vous le faites: institutions, labo, directeur directrice de thèse. c. Sur quoi vous le faites : votre sujet.

a. Votre destination : les raisons qui font que l’un, l’une ou l’autre vont envisager un doctorat sont variées et diffèrent grandement. Il est toujours utile de savoir pour vous-même dans quel but vous faites cela.

-> Vous faites cela par passion, c’est un pur hobby, vous n’en attendez que de la stimulation intellectuelle (et d’ailleurs vous gagnez très bien votre vie parce que vous travaillez dans la finance). Très bien ! Passez votre chemin, cela ne vous ennuiera aucunement de vous perdre, ce sera d’autant plus stimulant. Attention, si vous ne travaillez pas dans le secteur professionnel indiqué, sachez que la passion intellectuelle, comme en amour peut être volatile… ou pot de colle

-> Vous visez une carrière universitaire : le cas est déjà beaucoup plus fréquent. Même si ce n’est pas très amusant, prenez  tout de même le temps de lire un peu de littérature sur ce sujet histoire de savoir que cette trajectoire est tout sauf un long fleuve tranquille, et que certains restent parfois sur le bord de la route regardez les les pages 17 à 23 sur les statistiques du concours de maître de conférence). Et si pour vous, c’est la recherche, ou rien, voyez large en lisant un des rares (et bons) guides consacrés à la question et pensez que l’enseignement supérieur recouvre aussi bien des institutions publiques que privées. Et abonnez-vous au bulletin du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) : outre que des postes y sont publiés, c’est une bonne manière de se familiariser avec la vie de l’institution.

-> vous pouvez aussi envisager votre doctorat comme une expérience professionnelle ne menant pas forcément à une carrière académique avec une réelle montée en compétences. C’est une approche encore pionnière en France mais le medef s’y intéresse avec un bon référentiel en ligne ainsi que des cabinets de recrutement alors… restez vigilant, tout est possible… et allez sur le site de l’association ABG.

b. Vos compagnons ou compagnes de route: On ne cherche pas tout seul même si votre cerveau fera le gros du travail. Dites vous donc que le doctorat est aussi un travail collectif qui implique a minima (même si c’est parfois de façon distante) un-e doctorant-e, un une directeur directrice de thèse, un labo et une université. Comme dans tout travail, vous n’êtes pas obligé de choisir de travailler avec le premier venu ! Vous pouvez prendre un peu le temps de réfléchir : avec qui avez-vous envie de travailler ? Comment : êtes vous  indépendant ou fusionnel? Si vous le pouvez, renseignez vous auprès d’autres doctorants pour cerner un peu la personnalité des uns et des autres et lisez sur la relation d’encadrement doctoral le billet d’ACT et la synthèse de la Confédération des jeunes chercheurs (CJC) sur la question.  Documentez-vous sur la disponibilité des uns et des autres(a-t-il/elle beaucoup de doctorants ?): un encadrant aux abonnés absents influence négativement le travail doctoral. Et parce que tout n’est pas affaire de purs esprits, prenez au sérieux les bruits de couloir scabreux s’il y en a : des cas de harcèlement existent dans le cadre du doctorat. Si jamais (attention, ne pas caricaturer : ce n’est pas systématique) vous étiez face à une situation de ce type, tournez vous vers le CLASCHES et son excellent guide de prévention.

Côté institution, prenez le temps aussi de regarder ce que propose telle ou telle université : quelles formations complémentaires ? Quelle ouverture à l’international ? Y a -t-il des activités spécifiques pour les doctorant-e-s (séminaire scientifique, pré-soutenance, séances de poster, journées d’étude…) ? Quel encadrement plus généralement ? Si vous avez la possibilité de tâter le terrain en matière d’ambiance de laboratoire n’hésitez pas : elle peut être conviviale… ou compétitive, familiale… ou érémitique. Last but not least… lisez la charte des thèses officielle publiée au BO histoire de savoir ce qui est demandé (ou pas) dans le cadre d’un doctorat.

d. Sur quoi vous le faites : le sujet. En sciences humaines la tradition veut que l’on choisisse plus ou moins librement. Là encore, profitez-en au maximum pour que ce choix soit libre. Voulez-vous par exemple un sujet proche des domaines de recherche de votre directeur-directrice ?  Cela peut être pratique pour l’encadrement ou risqué pour une poursuite de carrière, évitez d’être un clone. Voulez-vous un sujet tendance ? (risque d’être en compétition avec beaucoup de gens) ou novateur (risque d’être isolé sans communauté scientifique de référence). Plus largement, prenez le temps de vous demander : quelle contribution vous souhaitez apporter sur le plan de votre discipline, sur le plan de la méthode et sur le plan de votre spécialité. Vous ne perdrez pas de temps en faisant cela : une telle réflexion est utile pour rédiger un projet de thèse, penser votre problématique… et ensuite rédiger votre introduction.  Maintenant, à vous de choisir !