Archives de catégorie : Menus propos pédagogiques

Réflexions et retours réflexifs « à saut et à gambades » (Montaigne) sur ma pratique d’enseignement universitaire

De l’usage de lectures critiques en cours.

Les lectures critiques sont une littérature d’abord malaisé qui supposent des compétences de lecture poussée. Personnellement, je pense qu’elles gagnent à être abordées en cours, en plus de la classique bibliographie de lectures conseillées.

En effet, un écrit critique enrichit notablement le dispositif pédagogique : dans un cours de type magistral, il va permettre d’approfondir ; dans le cadre d’une réflexion plus autonome (type travail de groupe etc.) il peut fournir des pistes de réflexion intéressantes. Dans tous les cas, il incite l’étudiant à faire des liens entre plusieurs contenus, ce qui favorise l’apprentissage.

Reste qu’il n’est pas de magie : le texte critique ne génère pas ipso facto les éléments susdits, ou alors, il ne parle qu’aux meilleurs éléments, déjà capables d’analyser et de se réapproprier les éléments pertinents. Je n’extrapole pas, c’est le constat à chaud du TD d’aujourd’hui.

Le centre de ressources pédagogiques de Louvain la Neuve permet heureusement de passer à une observation plus réflexive et, j’espère, porteuse, pour la mise en oeuvre ultérieure  de ma pratique pédagogique.  Pour découvrir cette mine pédagogique c’est ici http://www.uclouvain.be/ipm

Il y a lecture et lecture : la lecture « exploration » lâche l’étudiant dans la jungle du texte et le laisse faire le tri lui-même. Le risque, c’est que l’étudiant se raccroche à ce qu’il connaît, ou comprend, bref qu’il navigue à vue faute de savoir ce que l’enseignant veut qu’il fasse dudit support. La lecture « exploitation » elle donne des consignes claires sur ce qu’on doit faire du texte (critiquer la position de l’auteur, faire une carte conceptuelle, relever les idées essentielles du texte etc.) et sur la finalité pédagogique (en vue de faire quoi, de savoir quoi ?).

Le retour d’aujourd’hui m’invite à affiner : sans doute vaut-il la peine de graduer les exploitations du texte. Avant de demander de se positionner de manière critique peut-être que passer par l’étape « relevé de la thèse défendue » facilite le travail, du moins pour les étudiants moins agiles intellectuellement.

Bref… un dispositif ça ne s’invente pas, ou plutôt, ça se pense et se repense ! Comme Montaigne (sujet entre autres du TD) il faut « s’essayer » .