Archives de catégorie : Le chemin de longue étude du doctorat

Topoguide à l’usage des futur-e-s doctorant-e-s pour se repérer dans la jungle universitaire

Chercher en créant/ créer en cherchant : faire de sa thèse une œuvre d’art.

Qui irait nier que la recherche requiert une certaine dose d’inventivité, pour ne pas dire de créativité ? Pourtant, rares sont ceux et celles qui osent faire un pas de plus pour mettre en avant des croisements et des hybridations entre pratique scientifique (toutes disciplines) et pratique artistique. Certes, il y a bien « Dance your Phd » mais avouez-le, vous dansez comme un pied et vous vous êtes demandé en votre for intérieur ce que donnerait chez vous une chorégraphie heuristique. En somme, face à la cigale jeune chercheuse qui voudrait danser dans le (trop) court intervalle de l’été doctoral, la fourmi du management de projet académique dit « niet » et se gausse à gorge déployée…

Force des habitudes académiques et scolaires qui séparent l’intelligence logico-mathématique (qu’on utilise même quand est pas mathématicien-ne) de l’intelligence visuelle ? Le cerveau gauche du cerveau droit ? Peut-être… et c’est bien dommage car de la formulation d’une idée neuve (l’idéation), à la création… voire, dans un autre domaine, à l’innovation (voir ce qu’en dit l’agence Mondrian), il n’y a pas tant de distance. Bien plus, les occasions de jeter des ponts sont multiples et, à tous points de vue, profitables pour le travail de recherche… ainsi que pour le moral et le cerveau de celui ou celle qui cherche.

Ma réflexion sur les apports des facultés créatives à la recherche a commencé il y a longtemps (au tout début de mon doctorat) quand, ayant à formuler un projet de recherche doté d’une problématique solide et cohérente, j’ai dû écrire. Bien malin celui ou celle qui prétend avoir pu toujours se frayer un passage entre les lacs étroits de l’angoisse de la page blanche… Les questions affluent et le doute semble submerger l’intelligence rationnelle qui doit alors conduire la barque : par où commencer ? quel ordre suivre ? ou pire… qu’est-ce que je veux vraiment montrer ? Où est le nœud problématique ? Cette spirale s’entretient hélas avec assez d’aisance pour pouvoir durer longtemps et vous faire passer quelques mauvaises nuits ponctuées d’insomnies à la productivité scientifique nulle. Pour couper court aux affres de l’intelligence qui vous laisse en plan, rien de tel que de changer de programme sur vos ondes cérébrales… et de passer sur la chaine « Créathèse », la chaine où votre thèse devient une œuvre d’art. En l’occurrence, pour moi, l’issue à l’insondable recherche de ma sacro-sainte problématique (que j’ai bazardée trois mois après…) fut l’écriture d’un dialogue allégorique où les principaux concepts de ma recherche devinrent des personnages batailleurs et bavards. Le gain fut double : écrire quelque chose de futile libère l’écriture et l’on devient très vite productif, ce qui est moralement rassurant. Mais surtout, votre cerveau, à travers le cadre du dialogue allégorique recommence à mouliner des idées, à les enfiler et l’air de rien, et en quelques coups de cuillère à pot, vous aurez de quoi cerner des arrêtes, des failles, des oppositions qui permettront de redéfinir à tête reposée, sans y penser… la problématique.

Mais la créativité peut servir à bien d’autres étapes de la thèse et se révéler une aide pour bien d’autres processus mentaux. Elle peut par exemple permettre de re-fluidifier la circulation des idées coincées dans une impasse. Ces cas d’engorgement peuvent être fréquents et difficiles à gérer car dans la recherche, votre principal outil de travail, c’est votre cerveau et vous ne pouvez pas toujours appuyer sur le bouton « off ». D’où le risque que, même en dehors du temps de travail, vous ne brassiez avec frénésie les idées ayant trait à votre thèse. Or, vivre sa thèse 24h sur 24h peut déboucher sur une certaine saturation et des encombrements d’idées. (A noter : on peut apprendre à son cerveau qu’il y a des temps « off ». Il faut se faire un peu dompteur de lions, mais ça marche pas mal et offre un sentiment plaisant de vacances). C’est ici qu’intervient la créativité manuelle. Mettez dans votre sac cérébral votre magma informe d’idées et emmenez-les à une « séance de cinéma ». Pour cela, le choix est vaste, mais privilégiez une activité où vos idées puissent regarder depuis leur fauteuil le ballet harmonieux et fluides de vos mains affairées à faire quelque chose : menuiserie, jardinage, cuisine, peinture, dessin, tricot, calligraphie. A noter : il n’est pas dit que les activités davantage corporelles (théâtre, danse, marche etc.) offrent le même sentiment de vacances à vos idées, mais à voir, le jeu des personnalités entre aussi en ligne de mire. Or, tout en … (ponçant votre bout de bois ou comptant une maille à l’endroit une maille à l’envers…) vous allez continuer à réfléchir, mais à un rythme différent puisque vous faites en réalité autre chose. Et pourtant… vos idées vont se dérouler, se déplier et à la fin de la séance de cinéma manuelle, vous y verrez sans doute plus clair sans avoir rien fait pour exprimer davantage le substantifique jus de votre cerveau.

Créer ressemble encore au travail de recherche par le ballet temporalité/ persévérance qu’il fait entrer en scène. Or, pour avancer dans son doctorat, notamment dans les disciplines où l’on travaille seul-e, bien gérer sa motivation s’avère crucial pour dépasser les moments de doute existentiel (le syndrome de « j’y arriverai jamais »). Personnellement, pratiquer des activités artistiques et manuelles m’ont beaucoup aidée au moment de la rédaction : quand on roule sur les routes sinueuses de l’écriture scientifique de quelques 500 pages bardées de notes de bas de page la panne d’essence n’est pas rare. Car, comme sur la route, l’horizon et l’arrivée qui lui est associée recule sans cesse avec une fantaisie taquine… Si donc vous êtes mauvais-e marathonien-ne lancez-vous dans un projet créatif quel qu’il soit, si possible d’ailleurs avant même de voir la panne poindre. Et quand vous aurez…relooké votre voiture, fait un meuble en carton, bouclé un projet photo etc. (liste non exhaustive) vous regarderez avec sérénité votre panne de motivation doctorale : car en somme si vous avez fini quelque chose (votre déguisement de Sailor Moon, la coiffure afro de votre pote etc. etc.) de déjà un peu ambitieux, il n’y a aucune raison de ne pas finir la thèse. En somme, c’est un cocktail de « preuve par l’exemple » et de « méthode Coué »).

Il y aurait beaucoup dire sur la fécondité de la pratique artistique pour offrir des biais pour repenser le travail de construction conceptuel (faites votre plan de thèse en legos) ou pour offrir un lieu de destruction créatrice (faites table rase de votre bibliographie obèse, repensez à neuf, démolissez tout)… C’est qu’à tout niveau, les facultés créatives de l’intellect offrent un miroir à l’intelligence rationnelle, des chemins de traverse, des métaphores… bref une distance salutaire quand on a le nez dans le guidon (ou pas), et surtout, quand on doit inventer.

Alors, la fourmi académique peut bien dire à la cigale doctorante « dansez maintenant », elle ignore qu’elle lui donne là un précieux conseil…

« C’est par où? » : la carte ign du doctorat.

Votre sac doctoral est prêt : vous pouvez partir… mais pas trop à l’aventure néanmoins, même si le doctorat en est une, d’aventure. Prenez le temps de regarder une carte… Sinon, vous risquez de vivre ça .

Commencez donc par a. votre Destination, « pour quoi vous le faites » (but perso, carrière universitaire, montée en compétences…) b. Vos compagnons de route: avec qui vous le faites: institutions, labo, directeur directrice de thèse. c. Sur quoi vous le faites : votre sujet.

a. Votre destination : les raisons qui font que l’un, l’une ou l’autre vont envisager un doctorat sont variées et diffèrent grandement. Il est toujours utile de savoir pour vous-même dans quel but vous faites cela.

-> Vous faites cela par passion, c’est un pur hobby, vous n’en attendez que de la stimulation intellectuelle (et d’ailleurs vous gagnez très bien votre vie parce que vous travaillez dans la finance). Très bien ! Passez votre chemin, cela ne vous ennuiera aucunement de vous perdre, ce sera d’autant plus stimulant. Attention, si vous ne travaillez pas dans le secteur professionnel indiqué, sachez que la passion intellectuelle, comme en amour peut être volatile… ou pot de colle

-> Vous visez une carrière universitaire : le cas est déjà beaucoup plus fréquent. Même si ce n’est pas très amusant, prenez  tout de même le temps de lire un peu de littérature sur ce sujet histoire de savoir que cette trajectoire est tout sauf un long fleuve tranquille, et que certains restent parfois sur le bord de la route regardez les les pages 17 à 23 sur les statistiques du concours de maître de conférence). Et si pour vous, c’est la recherche, ou rien, voyez large en lisant un des rares (et bons) guides consacrés à la question et pensez que l’enseignement supérieur recouvre aussi bien des institutions publiques que privées. Et abonnez-vous au bulletin du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) : outre que des postes y sont publiés, c’est une bonne manière de se familiariser avec la vie de l’institution.

-> vous pouvez aussi envisager votre doctorat comme une expérience professionnelle ne menant pas forcément à une carrière académique avec une réelle montée en compétences. C’est une approche encore pionnière en France mais le medef s’y intéresse avec un bon référentiel en ligne ainsi que des cabinets de recrutement alors… restez vigilant, tout est possible… et allez sur le site de l’association ABG.

b. Vos compagnons ou compagnes de route: On ne cherche pas tout seul même si votre cerveau fera le gros du travail. Dites vous donc que le doctorat est aussi un travail collectif qui implique a minima (même si c’est parfois de façon distante) un-e doctorant-e, un une directeur directrice de thèse, un labo et une université. Comme dans tout travail, vous n’êtes pas obligé de choisir de travailler avec le premier venu ! Vous pouvez prendre un peu le temps de réfléchir : avec qui avez-vous envie de travailler ? Comment : êtes vous  indépendant ou fusionnel? Si vous le pouvez, renseignez vous auprès d’autres doctorants pour cerner un peu la personnalité des uns et des autres et lisez sur la relation d’encadrement doctoral le billet d’ACT et la synthèse de la Confédération des jeunes chercheurs (CJC) sur la question.  Documentez-vous sur la disponibilité des uns et des autres(a-t-il/elle beaucoup de doctorants ?): un encadrant aux abonnés absents influence négativement le travail doctoral. Et parce que tout n’est pas affaire de purs esprits, prenez au sérieux les bruits de couloir scabreux s’il y en a : des cas de harcèlement existent dans le cadre du doctorat. Si jamais (attention, ne pas caricaturer : ce n’est pas systématique) vous étiez face à une situation de ce type, tournez vous vers le CLASCHES et son excellent guide de prévention.

Côté institution, prenez le temps aussi de regarder ce que propose telle ou telle université : quelles formations complémentaires ? Quelle ouverture à l’international ? Y a -t-il des activités spécifiques pour les doctorant-e-s (séminaire scientifique, pré-soutenance, séances de poster, journées d’étude…) ? Quel encadrement plus généralement ? Si vous avez la possibilité de tâter le terrain en matière d’ambiance de laboratoire n’hésitez pas : elle peut être conviviale… ou compétitive, familiale… ou érémitique. Last but not least… lisez la charte des thèses officielle publiée au BO histoire de savoir ce qui est demandé (ou pas) dans le cadre d’un doctorat.

d. Sur quoi vous le faites : le sujet. En sciences humaines la tradition veut que l’on choisisse plus ou moins librement. Là encore, profitez-en au maximum pour que ce choix soit libre. Voulez-vous par exemple un sujet proche des domaines de recherche de votre directeur-directrice ?  Cela peut être pratique pour l’encadrement ou risqué pour une poursuite de carrière, évitez d’être un clone. Voulez-vous un sujet tendance ? (risque d’être en compétition avec beaucoup de gens) ou novateur (risque d’être isolé sans communauté scientifique de référence). Plus largement, prenez le temps de vous demander : quelle contribution vous souhaitez apporter sur le plan de votre discipline, sur le plan de la méthode et sur le plan de votre spécialité. Vous ne perdrez pas de temps en faisant cela : une telle réflexion est utile pour rédiger un projet de thèse, penser votre problématique… et ensuite rédiger votre introduction.  Maintenant, à vous de choisir !

La trousse à doctorat.

A la fin de ce long chemin qu’est le doctorat l’avantage c’est que, comme en randonnée, le paysage se dégage et l’on peut avoir une vue claire du panorama. Du coup, comme en montagne, on peut aussi aider ceux qui sont en contrebas, voire tout en bas, afin qu’ils aient une idée moins floue des itinéraires possibles.

A tous mes amis qui rêvent de partir sac au dos sur les chemins de la thèse voici donc une série de réflexions glanées au fil de mon propre chemin.  Etape 1 : Faire l’inventaire de ce que vous avez dans votre sac.

ressources financières : avez-vous un matelas d’atterrissage (famille, conjoint) qui vous permettraient de passer sans trop de casse les moments difficiles qui peuvent se présenter (tout particulièrement en fin de doctorat) ? Songez-y car ces moments ne manquent pas de se présenter. A ce titre, outre vos ressources personnelles, il vaut la peine de se renseigner sur les bourses ou autres subsides qui peuvent exister dans votre domaine : les universités les recensent parfois et votre directeur ou directrice peut être aussi de bon conseil. Mais une petite exploration par vous-même est toujours utile.

Ressources intellectuelles : votre trousse à outils conceptuelle est-elle bien fournie ou bien est-ce que certaines connaissances clé vous manquent ? Si oui, ce n’est pas rédhibitoire mais il vous faudra planifier leur acquisition (formation, stage en labo etc.) et veiller aux modalités de financements si c’est payant.

Et avant toute chose, pour être au clair sur le B-A-BA, on peut lire en guise de cordial méthodologique : Michel Béaud, L’art de la thèse, Editions la découverte, 2006.

Coté formations numériques, on peut jeter un coup d’oeil au site de l’URFIST ne serait-ce que pour avoir une idée de ce qui se fait.

Ressources morales : on m’a rapporté le cas d’une directrice de thèse demandant à sa nouvelle doctorante « Avez-vous des problèmes psychologiques ? ». La question n’est pas futile : la nature très indépendante du travail de recherche rend parfois la réflexion poreuse à des soucis qui ne sont pas intellectuels. Ayez donc les choses à l’oeil ! Sur ces questions peu rigolotes, on pourra consulter deux mises au points intéressantes : un article de Pascale Haag sur Aspects concrets de la thèse sur la réaction aux situation de stress doctoral et un autre du blog Coopération Universitaire de Laetitia Gérard.

Mais avant d’en arriver là consultez aussi cet autre qui dit que le soleil brille quand même sur les études doctorale. Et pour doper votre moral, vous pouvez aussi lire : Béatrice Millêtre, Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués, Payot, 2007. Vous y découvrirez peut-être que vous vous appuyez de manière éhontée sur votre cerveau droit… et ça change tout !

Et puis aussi : Florence, Servan-Schreiber, Power Patate, Marabout, 2014. On est très loin du doctorat… mais pas forcément du scientifique car l’auteur s’appuie sur des études en psychologie pour traquer tous les trucs qui permettent de se remonter le moral… ou de le garder. Enfin parce qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer : vous pouvez lire aussi la bande dessinée Carnet de thèse, en avant première sur internet au bureau 14 de la Sorbonne.

Ressources sociales et académiques : commencez-vous votre doctorat en étant déjà bien intégré au milieu académique (via un-e ancien-ne directeur, directrice de master, des profs avec qui vous avez gardé contact etc.) ou… au beau milieu d’un désert ? Si vous êtes dans le second cas, pas de panique, il faudra juste mettre en œuvre un plan « réseau et connaissances » pour y remédier. Car, oui la recherche est certes une activité assez solitaire, mais si vous envisagiez de devenir ermite comme ce doctorant anglo-saxon, universitairement parlant… c’est une mauvaise idée. La recherche a besoin d’être partagée pour être connue et reconnue. Si donc vous êtes réservé-e, lisez aussi ce billet de Bérénice Kimpe.

Plus largement, parce qu’une vue d’ensemble, c’est bien aussi, vous pouvez pour mieux comprendre l’institution universitaire potasser le carnet du séminaire Aspects Concrets de la thèse, ou le guide des Universités de Suisse romande.

La suite au prochain épisode : après le paquetage, la carte IGN du doctorat !