M. Propre lave plus blanc que blanc : ménage et lessive de l’âme.

Parler à l’âme du chrétien moyen, désireux de rejoindre Dieu, mais frileux quant à la conversion suppose de rares talents de pédagogue. Gerson ainsi n’hésite pas à piocher dans le vaste stock d’images frappantes que fournit le quotidien pour rappeler que la vertu, c’est comme l’hygiène, c’est tous les jours qu’il faut s’en soucier.

On pourra ainsi au fil des sermons réviser ses méthodes de ménage pour faire le grand nettoyage de printemps de l’âme, en vue d’accueillir l’Esprit saint pour la Pentecôte: (français modernisé)

 » Car c’est bien de cela dont il s’agit, ô âme dévote : tu peux être hostelaine de ton dieu […]. Apprête toy maintenant a ce bienheureux jour, a cette fête sacree […]. Aies bien soin que ton hôtel soit nettoyé et désencombré de tout ce qui pourrait lui déplaire. Chasse au dehors au moins quelque temps, toute autre cure et souci […] ne sois pas le corps à la messe et le coeur en la cuisine. Car le saint Esprit, ce glorieux hôte quant il voudra venir en ton hôtel et frappera a la porte, s’il ne trouve ton coeur prêt pour le recevoir, s’il ne trouve a qui parler, n’est point doute qu’il ne s’en aille bien vite […]. Ainsi tu dois mettre dehors toutes les ordures de péché, la poussière d’avarice, les araignées de la colère et de l’envie, la boue, la fiente de luxure pour recevoir cet hôte dont chante l’Eglise : dulcis hospes anime ; c’est le doux hôte de l’âme et sa consolation.  »

La saleté est au demeurant une métaphore commode pour donner une image parlante du péché. Elle transpose sur le plan pratique les réalités invisibles de la vie spirituelle. Le chancelier apostrophe le chrétien : comment ! Tu laves ta chemise mais laisse sale ton âme !

« Sit tibi quaeso cura vigilantior de anima tua quam de manu vel tunica. » Aies plus de soin je t’en prie, de ton âme que de ta propre main ou de ta tunique.

Le bon prédicateur ne se borne pas à apostropher la bonne conscience de l’auditeur, il fait également oeuvre de pédagogue en prenant l’auditeur par la main en lui montrant que la vie spirituelle est sans cesse à reprendre : « Dis moi, je te le demande, est-ce que tu te laves les mains, est-ce que laves ton vêtement de lin ? Tu vas me répondre : bien sûr, je les lave ou je les fais laver. Je te demande donc ensuite si après lavage, elles sont de nouveau tachées. Tu dis, oui, ça arrive. Hé bien, les draps de ta conscience, pourquoi ne les laves tu pas semblablement même si ensuite ils seront amenés ensuite à se salir de nouveau ? Je t’en prie, aies plus de soin de ton âme que de ta chemise. Cesse, à cause de la peur des taches à venir de reporter la lessive des taches présentes car il la saleté sera moindre, elle attachera moins et sera plus facilement enlevée. »

Une grande question qui pourrait alors surgir serait la suivante : mais à qui Gerson s’adresse-t-il quand il nous parle de ménage ?

Dans le premier exemple, on pourrait imaginer que, l’air de rien, le chancelier de l’université de Paris qui était alors en déplacement dans une paroisse parisienne moins cossue que la sainte chapelle, essayait de raccrocher subrepticement les femmes de son auditoire qui justement pensaient à leur repas en train de cuire… Au Moyen Age déjà la cuisine était affaire de femmes et l’on relira à ce sujet l’ouvrage de Carolyn Wlaker Bynum, Holy Feast.

Les choses étaient peu ou prou semblables avec le ménage, et pourtant, les deux textes sont en latin et donc excluent de façon radicale que Gerson se soit adressé à des femmes à ce moment. Verdict : même les clercs médiévaux pouvaient de temps à autre laisser la théologie de côté pour se pencher sur des soucis autrement plus prosaïques. Heureusement que dans un sermon, tout devient spirituel, et le ménage se fait à la plus grande gloire de Dieu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *