Chercher en créant/ créer en cherchant : faire de sa thèse une œuvre d’art.

Qui irait nier que la recherche requiert une certaine dose d’inventivité, pour ne pas dire de créativité ? Pourtant, rares sont ceux et celles qui osent faire un pas de plus pour mettre en avant des croisements et des hybridations entre pratique scientifique (toutes disciplines) et pratique artistique. Certes, il y a bien « Dance your Phd » mais avouez-le, vous dansez comme un pied et vous vous êtes demandé en votre for intérieur ce que donnerait chez vous une chorégraphie heuristique. En somme, face à la cigale jeune chercheuse qui voudrait danser dans le (trop) court intervalle de l’été doctoral, la fourmi du management de projet académique dit « niet » et se gausse à gorge déployée…

Force des habitudes académiques et scolaires qui séparent l’intelligence logico-mathématique (qu’on utilise même quand est pas mathématicien-ne) de l’intelligence visuelle ? Le cerveau gauche du cerveau droit ? Peut-être… et c’est bien dommage car de la formulation d’une idée neuve (l’idéation), à la création… voire, dans un autre domaine, à l’innovation (voir ce qu’en dit l’agence Mondrian), il n’y a pas tant de distance. Bien plus, les occasions de jeter des ponts sont multiples et, à tous points de vue, profitables pour le travail de recherche… ainsi que pour le moral et le cerveau de celui ou celle qui cherche.

Ma réflexion sur les apports des facultés créatives à la recherche a commencé il y a longtemps (au tout début de mon doctorat) quand, ayant à formuler un projet de recherche doté d’une problématique solide et cohérente, j’ai dû écrire. Bien malin celui ou celle qui prétend avoir pu toujours se frayer un passage entre les lacs étroits de l’angoisse de la page blanche… Les questions affluent et le doute semble submerger l’intelligence rationnelle qui doit alors conduire la barque : par où commencer ? quel ordre suivre ? ou pire… qu’est-ce que je veux vraiment montrer ? Où est le nœud problématique ? Cette spirale s’entretient hélas avec assez d’aisance pour pouvoir durer longtemps et vous faire passer quelques mauvaises nuits ponctuées d’insomnies à la productivité scientifique nulle. Pour couper court aux affres de l’intelligence qui vous laisse en plan, rien de tel que de changer de programme sur vos ondes cérébrales… et de passer sur la chaine « Créathèse », la chaine où votre thèse devient une œuvre d’art. En l’occurrence, pour moi, l’issue à l’insondable recherche de ma sacro-sainte problématique (que j’ai bazardée trois mois après…) fut l’écriture d’un dialogue allégorique où les principaux concepts de ma recherche devinrent des personnages batailleurs et bavards. Le gain fut double : écrire quelque chose de futile libère l’écriture et l’on devient très vite productif, ce qui est moralement rassurant. Mais surtout, votre cerveau, à travers le cadre du dialogue allégorique recommence à mouliner des idées, à les enfiler et l’air de rien, et en quelques coups de cuillère à pot, vous aurez de quoi cerner des arrêtes, des failles, des oppositions qui permettront de redéfinir à tête reposée, sans y penser… la problématique.

Mais la créativité peut servir à bien d’autres étapes de la thèse et se révéler une aide pour bien d’autres processus mentaux. Elle peut par exemple permettre de re-fluidifier la circulation des idées coincées dans une impasse. Ces cas d’engorgement peuvent être fréquents et difficiles à gérer car dans la recherche, votre principal outil de travail, c’est votre cerveau et vous ne pouvez pas toujours appuyer sur le bouton « off ». D’où le risque que, même en dehors du temps de travail, vous ne brassiez avec frénésie les idées ayant trait à votre thèse. Or, vivre sa thèse 24h sur 24h peut déboucher sur une certaine saturation et des encombrements d’idées. (A noter : on peut apprendre à son cerveau qu’il y a des temps « off ». Il faut se faire un peu dompteur de lions, mais ça marche pas mal et offre un sentiment plaisant de vacances). C’est ici qu’intervient la créativité manuelle. Mettez dans votre sac cérébral votre magma informe d’idées et emmenez-les à une « séance de cinéma ». Pour cela, le choix est vaste, mais privilégiez une activité où vos idées puissent regarder depuis leur fauteuil le ballet harmonieux et fluides de vos mains affairées à faire quelque chose : menuiserie, jardinage, cuisine, peinture, dessin, tricot, calligraphie. A noter : il n’est pas dit que les activités davantage corporelles (théâtre, danse, marche etc.) offrent le même sentiment de vacances à vos idées, mais à voir, le jeu des personnalités entre aussi en ligne de mire. Or, tout en … (ponçant votre bout de bois ou comptant une maille à l’endroit une maille à l’envers…) vous allez continuer à réfléchir, mais à un rythme différent puisque vous faites en réalité autre chose. Et pourtant… vos idées vont se dérouler, se déplier et à la fin de la séance de cinéma manuelle, vous y verrez sans doute plus clair sans avoir rien fait pour exprimer davantage le substantifique jus de votre cerveau.

Créer ressemble encore au travail de recherche par le ballet temporalité/ persévérance qu’il fait entrer en scène. Or, pour avancer dans son doctorat, notamment dans les disciplines où l’on travaille seul-e, bien gérer sa motivation s’avère crucial pour dépasser les moments de doute existentiel (le syndrome de « j’y arriverai jamais »). Personnellement, pratiquer des activités artistiques et manuelles m’ont beaucoup aidée au moment de la rédaction : quand on roule sur les routes sinueuses de l’écriture scientifique de quelques 500 pages bardées de notes de bas de page la panne d’essence n’est pas rare. Car, comme sur la route, l’horizon et l’arrivée qui lui est associée recule sans cesse avec une fantaisie taquine… Si donc vous êtes mauvais-e marathonien-ne lancez-vous dans un projet créatif quel qu’il soit, si possible d’ailleurs avant même de voir la panne poindre. Et quand vous aurez…relooké votre voiture, fait un meuble en carton, bouclé un projet photo etc. (liste non exhaustive) vous regarderez avec sérénité votre panne de motivation doctorale : car en somme si vous avez fini quelque chose (votre déguisement de Sailor Moon, la coiffure afro de votre pote etc. etc.) de déjà un peu ambitieux, il n’y a aucune raison de ne pas finir la thèse. En somme, c’est un cocktail de « preuve par l’exemple » et de « méthode Coué »).

Il y aurait beaucoup dire sur la fécondité de la pratique artistique pour offrir des biais pour repenser le travail de construction conceptuel (faites votre plan de thèse en legos) ou pour offrir un lieu de destruction créatrice (faites table rase de votre bibliographie obèse, repensez à neuf, démolissez tout)… C’est qu’à tout niveau, les facultés créatives de l’intellect offrent un miroir à l’intelligence rationnelle, des chemins de traverse, des métaphores… bref une distance salutaire quand on a le nez dans le guidon (ou pas), et surtout, quand on doit inventer.

Alors, la fourmi académique peut bien dire à la cigale doctorante « dansez maintenant », elle ignore qu’elle lui donne là un précieux conseil…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *