Style cliché ou originalité : réflexions autour d’un problème.

Le style est pour la théorie littéraire moderne l’un des marqueurs forts de l’individualité de l’artiste, hapax et variantes atypiques devenant le signe de l’originalité créatrice ainsi que l’a énoncé Léo Spitzer:

« La vigueur dans la pensée ou la sensibilité s’accompagne toujours [nous soulignons] d’innovations dans le langage ; la créativité mentale s’inscrit aussitôt dans le langage, où elle devient créativité linguistique ; la banalité et la rigidité dans le langage ne suffisent pas aux besoins d’expression d’une forte personnalité » (Léo Spitzer, Études de style, Paris, Gallimard, 1970, p. 57 sq.)

Pourtant, concernant le Moyen Age, et en particulier des sermons, l’appréciation du style continue de poser problème comme le rappelle Benoît Grévin :

« Les conditions d’élaboration stylistiques des textes médiolatins sont extrêmement complexes. D’abord elles tiennent compte de la norme classique et des normes médiévales proprement imposées à la fois par l’équilibre linguistique général et par des dynamiques littéraires propres au Moyen Age. » dans L’individu au Moyen Age, D. Iogna Prat et Miriam Bedos-Rezak, Aubier, p. 107.

Formalisation et stéréotypie fournissent donc la matière d’une écriture médiévale régie par de nombreux artes, mais aussi de la pratique stylistique ultérieure promue par l’humanisme. Si en effet celui-ci valorise explicitement l’originalité (à l’inverse de la topique médiévale), c’est avec un outil linguistique de plus en plus normé et finalement réduit au seul latin cicéronien :

« De ce point de vue, la dynamique humaniste représente une transition vers une époque moderne […] où les règles de la création littéraire restent fort éloignées […] de celles en usage aujourd’hui. Jusqu’à la fin du xviiieme et au-delà se poursuit à très grande échelle un processus de normalisation linguistique animé en premier lieu par les cours princières et par les foyers humanistes puis classiques qu’elles encouragent de leur mécénat. S’agissant des lettrés, il faudrait donc en toute rigueur parler d’une relation entre normalisation stylistique et individualisation, valable […] pour le Moyen Age et pour l’époque moderne par opposition au tandem différenciation et individualisation qui caractériserait l’époque contemporaine. » Benoit Grévin, op. cit.

Nul doute qu’au regard de ces conclusions, Gerson ne fasse figure de mauvaise élève dans la classe de dame Originalité. Le sermon médiéval, en particulier sa version scolastique, est en effet un genre de textes ne souffrant pas l’improvisation et que les artes se sont employés à définir minutieusement. Il nous semble pourtant que le dossier « Gerson » mérite d’être examiné à nouveaux frais. Certes, le sermon est contraint ; néanmoins, attentif à l’air du temps qui valorise de nouveaux canons esthétiques davantage imprégnés de références oratoires, Gerson joue des failles du genre :

Subsistait cependant une préoccupation à savoir si, pour cette matière touchant la pénitence comme meilleure lotion de l’âme, il apparaissait plus convenable d’en traiter sur le mode déclamatoire ou sur le mode scolastique. Le premier mode est en effet plus soigné et plus élégant tandis que le second est plus pointu et il est considéré en quelque sorte comme plus vrai. Le premier est plus adapté aux émotions, le second à l’intellect ; le premier attire plus tandis que le second instruit davantage. Finalement, au regard du contexte du moment et de la qualité de l’auditoire, j’ai été porté à user de la manière scolastique. On laissera donc de côté les effets à l’exception de ceux qui viendraient spontanément. Sermon n°245, Oeuvre Oratoire, Palémon Glorieux (ed.), Desclée de Brower.

Traitement oratoire du thème ou scolastique ? Eloquence ou théologie ? Le questionnement métadiscursif fait ici figure de coquetterie intellectuelle ; pourtant, la réflexivité du positionnement est réelle et pointe vers un choix singulier. Faut-il y voir le signe d’une affirmation individuelle forte dans le domaine du style ? La question, pour cet exemple nous semble mal posée, le je qui s’affiche se présentant moins sous un jour autobiographique qu’intra-discursif. Il reste que, face à des standards homilétiques qui évoluent, un choix stylistique devient possible et être mis en scène dans la parole. Pour qui sait s’en saisir de manière réflexive dans un méta-discours, il y a place pour une individuation ponctuelle et éphémère. Chez un personnage comme Gerson, à la fois figure d’Eglise brillante et sans doute quelque peu soucieux de sa personne, et théologien pétri d’aspirations monastiques, nul que ce phénomène doive être lu comme un échange tendu entre des voix discordantes (ici le prédicateur et la Science enflée d’elle-même) plutôt que comme le concert triomphant de l’individu :

Pourquoi m’observes-tu ? Il en va ainsi quand tu t’occupes d’une matière banale à l’extrême après avoir délaissé de hautes considérations et de très subtiles spéculations. Laisse donc cette matière médiocre : est-ce les mystères offrant, de loin, plus de difficultés et de vraies louanges ne te manquent pas ? Ajoute à cela que que cette matière sur la pénitence ne réclame pas un style élégant ou élaboré mais un style quotidien. Sermon n° 245, Oeuvre Oratoire, Palémon Glorieux (ed.) Desclée de Brower.

La palette de choix stylistiques sur lequel ouvre le flottement des normes esthétiques fait en effet courir au prédicateur le risque de l’orgueil tout à la recherche de la gloire (verae laudis) d’un « style recherché » (acuratum stylum). Mais la tentation ouvre justement la voie à l’individuation de la voix, le dialogue allégorique n’étant au final que l’image littéraire (autant qu’un masque discursif) de la dialectique par laquelle advient la subjectivité, faite de tensions, de contradictions, d’instabilité et de renoncements.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *