La trousse à doctorat.

A la fin de ce long chemin qu’est le doctorat l’avantage c’est que, comme en randonnée, le paysage se dégage et l’on peut avoir une vue claire du panorama. Du coup, comme en montagne, on peut aussi aider ceux qui sont en contrebas, voire tout en bas, afin qu’ils aient une idée moins floue des itinéraires possibles.

A tous mes amis qui rêvent de partir sac au dos sur les chemins de la thèse voici donc une série de réflexions glanées au fil de mon propre chemin.  Etape 1 : Faire l’inventaire de ce que vous avez dans votre sac.

ressources financières : avez-vous un matelas d’atterrissage (famille, conjoint) qui vous permettraient de passer sans trop de casse les moments difficiles qui peuvent se présenter (tout particulièrement en fin de doctorat) ? Songez-y car ces moments ne manquent pas de se présenter. A ce titre, outre vos ressources personnelles, il vaut la peine de se renseigner sur les bourses ou autres subsides qui peuvent exister dans votre domaine : les universités les recensent parfois et votre directeur ou directrice peut être aussi de bon conseil. Mais une petite exploration par vous-même est toujours utile.

Ressources intellectuelles : votre trousse à outils conceptuelle est-elle bien fournie ou bien est-ce que certaines connaissances clé vous manquent ? Si oui, ce n’est pas rédhibitoire mais il vous faudra planifier leur acquisition (formation, stage en labo etc.) et veiller aux modalités de financements si c’est payant.

Et avant toute chose, pour être au clair sur le B-A-BA, on peut lire en guise de cordial méthodologique : Michel Béaud, L’art de la thèse, Editions la découverte, 2006.

Coté formations numériques, on peut jeter un coup d’oeil au site de l’URFIST ne serait-ce que pour avoir une idée de ce qui se fait.

Ressources morales : on m’a rapporté le cas d’une directrice de thèse demandant à sa nouvelle doctorante « Avez-vous des problèmes psychologiques ? ». La question n’est pas futile : la nature très indépendante du travail de recherche rend parfois la réflexion poreuse à des soucis qui ne sont pas intellectuels. Ayez donc les choses à l’oeil ! Sur ces questions peu rigolotes, on pourra consulter deux mises au points intéressantes : un article de Pascale Haag sur Aspects concrets de la thèse sur la réaction aux situation de stress doctoral et un autre du blog Coopération Universitaire de Laetitia Gérard.

Mais avant d’en arriver là consultez aussi cet autre qui dit que le soleil brille quand même sur les études doctorale. Et pour doper votre moral, vous pouvez aussi lire : Béatrice Millêtre, Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués, Payot, 2007. Vous y découvrirez peut-être que vous vous appuyez de manière éhontée sur votre cerveau droit… et ça change tout !

Et puis aussi : Florence, Servan-Schreiber, Power Patate, Marabout, 2014. On est très loin du doctorat… mais pas forcément du scientifique car l’auteur s’appuie sur des études en psychologie pour traquer tous les trucs qui permettent de se remonter le moral… ou de le garder. Enfin parce qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer : vous pouvez lire aussi la bande dessinée Carnet de thèse, en avant première sur internet au bureau 14 de la Sorbonne.

Ressources sociales et académiques : commencez-vous votre doctorat en étant déjà bien intégré au milieu académique (via un-e ancien-ne directeur, directrice de master, des profs avec qui vous avez gardé contact etc.) ou… au beau milieu d’un désert ? Si vous êtes dans le second cas, pas de panique, il faudra juste mettre en œuvre un plan « réseau et connaissances » pour y remédier. Car, oui la recherche est certes une activité assez solitaire, mais si vous envisagiez de devenir ermite comme ce doctorant anglo-saxon, universitairement parlant… c’est une mauvaise idée. La recherche a besoin d’être partagée pour être connue et reconnue. Si donc vous êtes réservé-e, lisez aussi ce billet de Bérénice Kimpe.

Plus largement, parce qu’une vue d’ensemble, c’est bien aussi, vous pouvez pour mieux comprendre l’institution universitaire potasser le carnet du séminaire Aspects Concrets de la thèse, ou le guide des Universités de Suisse romande.

La suite au prochain épisode : après le paquetage, la carte IGN du doctorat !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *