Christine de Pizan et les pauvres.

Un des premiers billets de ce carnet portait sur la perception de la pauvreté dans un discours de Jean Gerson touchant le financement de l’Hôtel Dieu par le roi.

C’est donc avec un grand intérêt qu’aujourd’hui j’ai pu lire un article d’Otto Gerhard Oexle (Max Planck Institut für Geschischte, Götingen) dans l’ouvrage The City of Scholars, New Approches to Christine de Pizan, édité par Margarete Zimmermann et Dina de Rentiis.

L’auteur souligne tout d’abord que le rapport de Christine de Pizan à la pauvreté est fréquemment prise entre le marteau et l’enclume, taxée qu’elle est de progressiste par les uns ou de réactionnaire par les autres. L’auteur propose d’envisager la question différemment, en soulignant qu’il importe de se demander comment l’on perçoit au Moyen-Age la pauvreté, avant d’évaluer la position de Christine de Pizan. En somme, un peu de comparatisme ne sied pas mal pour ne pas voir tout de suite les siècles passés avec nos seuls bésicles contemporains.

Quelques questions en vrac lancent la réflexion : « Quels sont les concepts du pauvre et de la pauvreté? », « Quelles étaient les réalités de la pauvreté ? » « Quelles étaient les mentalités envers les pauvres ? » « Quelles mesures d’aide sociale résultaient de cette mentalité? »?

Le pauvre et la pauvreté sont des concepts complexes qui articulent plusieurs éléments, plus ou moins présents suivant les époques : est pauvre d’abord celui qui ne peut pas se nourrir et qui manque du nécessaire, ensuite est pauvre celui qui est démuni face au puissant, qui est dans un état de faiblesse sociale. Vient ensuite la pauvreté relative, celle de celui qui ne peut pas garder son rang : pauvre chevalier, clerc démuni. Au Moyen-Age apparaît entre outre la distinction entre pauvre qui travaille, et qui ne travaille pas. Cette dernière catégorie elle-même se subdivise en pauvres qui ne peuvent pas travailler, et qui sont acceptés et intégrés dans le système de la charité, et ceux dont on suppose qu’ils ne veulent pas travailler et qui sont marginalisés.

Il est à noter que dans le texte de Gerson que j’avais commenté, l’accent était mis sur la première catégorie et les pauvres, notamment les vieillards qui ne pouvaient plus travailler. On avait donc à la fois une insistance sur les précaires, et non sur les déclassés, et sur les pauvres les plus admissibles pour la mentalité médiévale. Le fait que le discours vise à obtenir un financement n’était peut-être pas étranger au fait de mobiliser des types de pauvreté acceptables et inspirant la pitié.

L’article se poursuit en signalant que la pauvreté ne fut tout d’abord pas la même tout au long du Moyen-Age et c’est d’abord là que l’apport de l’auteur apparaît pertinent. Le haut Moyen-Age ( jusqu’au Xe siècle) fut marqué par une pauvreté agraire, économique et sociale à laquelle répond un système classique de bienfaisance et de protection (puissants ou monastères). A partir du XIe siècle, notamment du fait de légères modifications climatiques et d’un essor des villes, l’Occident se peuple et se voit confronté à une nouvelle pauvreté : elle devient visible. La spiritualité de la pauvreté volontaire, bien représentée par les franciscains, répond à cette nouveauté : la charité passe dès lors une identification aux pauvres, en adoptant leur mode de vie. Ce sont des conceptions encore actuelles pour peu que l’on pense, entre autre, à la démarche de mouvements comme ATD quart monde qui s’efforcent d’épouser la vie des personnes en grande précarité.

Au XIVe siècle enfin, suite à la croissance continuée des villes, mais aussi suite aux guerres, les pauvres deviennent encore plus visibles et outre les monastères et les hôpitaux, les pouvoirs royaux commencent à s’y intéresser et l’on assiste à un ensemble de mesures assez homogènes visant à faire travailler les pauvres, en partant du principe que travailler met à l’abri de la pauvreté. Parallèlement la morale elle aussi va se mettre à insister sur les vertus du travail et pourfendre l’oisiveté.

Christine de Pizan est intéressante car outre qu’elle est une intellectuelle, elle a aussi connu la pauvreté de par son veuvage et sa charge de famille. Il en résulte, et c’est la conclusion de l’article, un positionnement assez atypique pour son époque, qui dépasse de loin le clivage conservatisme/progressisme. Christine oscille entre la compassion, ce qu’on retrouve également chez Gerson, et la peur, laquelle lui est tout à fait propre. Reste que les remèdes proposés sont on ne peut plus classiques, certes, mais l’auteur conclut par ces mots, et je les reprends « Christine de Pizan n’a pas vécu à l’époque de la pauvreté volontaire […]. Mais elle ne ressemble pas non plus aux intellectuels de l’époque contemporaine, qui aiment les pauvres, pourvu qu’ils soient loin. Christine était une intellectuelle de son temps , qui partageait souvent, avec ses contemporains, ses vues sur les données sociales. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *