Gerson, théologien et critique littéraire.

Le rapport de Jean Gerson aux textes et aux livres fait de lui un intellectuel d’un genre nouveau qu’en cette fin du Moyen-Age on qualifie de « préhumaniste ». C’est l’objet du travail de recherche de D. Hobbins dans Publicity before print où il met en évidence les traces d’une perception de soi comme auteur chez le chancelier, notamment par l’organisation raisonnée qu’il fait de la copie et de la diffusion de ses textes (c’est son frère, moine célestin qui est son copiste attitré, d’où un indéniable contrôle de la circulation des écrits). Mais Gerson se fait aussi aussi, parfois, critique littéraire, quoique son activité porte sur des textes que nous ne percevons pas comme littéraires.

Ainsi fait-il, sur le traité des Noces spirituelles de Ruysbroeck (mystique flamand) quelques remarques qui nous le montrent participant à cette nouvelle activité critique qui sera, quelque décennies plus tard, le propre de l’humanisme. « A dire le vrai, je ne peux me laisser convaincre que ce livre-ci ait pu surgir de la bouche d’un homme sans instruction comme par miracle. Ce style en effet sent plus son éloquence humaine que divine et les mots des poètes, ainsi que nous le montrent les périodes des phrases et des discours de Cicéron, de Boèce et des philosophes , précèdent l’industrie studieuse et le travail prolongé. Le style de de l’écriture divine est clairement irrégulier […]. »

Ce texte, qui est une lettre, entend prouver à son destinataire que les noces spirituelles ne sont pas, ainsi qu’on l’affirme alors l’oeuvre d’un illuminé simple d’esprit (et inconnu à l’époque). Mais la théologie, ici, passe bien par le style de l’écriture, signe de cette approche intellectuelle nouvelle.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *