Valeur de l’histoire en politique (en France et outre Rhin)

La discipline historique se révèle souvent proche des sphères du pouvoir : c’est là chose ancienne et naturelle en France, ainsi qu’en Allemagne, puisque c’est bien sur l’assise du passé que se sont construits au XIXe les états nation tels que nous les connaissons. Rien de très nouveau sous le soleil, et la récupération de l’histoire va toujours bon train en politique, comme la loi sur les vertus de la colonisation (et bien d’autres encore) a pu le montrer il y a encore peu.

En cette nouvelle année 2014, quoi de neuf ? ou plutôt : à quelle sauce historique allons-nous manger notre présent ?

En France, grand émoi et sonnerie de clairon : nous allons commémorer en grande pompe la grande guerre, la fleur au fusil si je puis dire. Beaucoup de réjouissances en perspectives donc et chacun peu d’ores et déjà peut tressaillir en son for intérieur à l’idée de pleurer les poilus, de nous lamenter sur Verdun, de conspuer l’ignoble traité de Versailles qui a désuni l’Europe etc. Au passage on ne manquera pas aussi, d’avoir une petite pensée pour les femmes qui, comme chacun sait, se mirent à travailler en 1914, pour les tirailleurs sénégalais ainsi que tous les autres . On n’oubliera pas non plus de saluer avec quelque fierté les progrès technologiques que la guerre de 14-18 permit, illustrant déjà le génie français en matière d’industrie militaire.

Ne manquez pas au passage de lire l’intéressant article qui tord le nez à certaines choses que nous avons pieusement apprises en cours d’histoire :

http://www.lemonde.fr/centenaire-14-18/article/2013/11/04/pour-en-finir-avec-dix-idees-recues_3507585_3448834.html

Et 2014 en Allemagne ? Après tout, puisque tout le monde participait, tout le monde peut commémorer et venir rire, pleurer dans la grande messe patriotique…

Eh bien, en Allemagne 2014 n’est pas l’année de la Grande guerre mais l’année de Charles le Grand alias Karl der Grosse, Karolus Magnus… en français, Charlesmagne.

En effet, Charlemagne a ceci d’intéressant que, comme les saints médiévaux que chacun réclamait pour sa chapelle, il est multinational… voilà quelqu’un de bien adapté à la mondialisation. Et de fait, il est une figure majeure de l’histoire nationale de la France… et de l’Allemagne. Je vous laisse lire le petit article que l’organe de la diplomatie culturelle allemande en France a diffusé : on y lit notamment que Charlemagne fut le fondateur de l’Europe et qu’il sera célébré en ce sens !

http://www.allemagne.diplo.de/Vertretung/frankreich/fr/__pr/nq/2014-01/2014-01-08-charlemagne-pm.html

Je rajoute le lien du site dédié aux manifestations organisées autour de cette figure historique.

www.karldergrosse2014.de

En conclusion : la France célèbre un conflit meurtrier qui a désuni l’Europe, l’Allemagne fête un monarque qui unifia pour longtemps le continent européen.

Certes, tout ne fut pas pacifique en ces temps reculés : nul doute que Charles n’était pas un tendre et qu’il conquit l’Europe surtout à la force de son poignet. Seulement, il ne s’arrêta pas là : aidé d’intellectuels de cour (Raban Maur, Alcuin, Loup de Ferrières etc.) il mit sur pied un programme d’unification culturelle de conquêtes. La minuscule caroline (type d’écriture propagé dans les manuscrits carolingiens se caractérisant par une grande lisibilité… et d’inspiration romaine) permit une meilleure diffusion de la culture antique et médiévale au sein des monastères, le soutien appuyé aux fondations de monastères créa un maillage de foyers culturels à travers toute l’Europe, et le renouveau de la langue latine favorisa l’intercompréhension entre des aires géographiques distantes.

Il n’empêche qu’à tout prendre, il ne serait pas déplaisant que l’on s’interroge un peu sur ce qu’on célèbre, car nul n’est tenu d’embrasser le passé dans sa totalité et l’on peut choisir ce qui ouvre aussi sur l’avenir…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *